Que dirait le Général de Gaulle aux Français d'aujourd'hui ?

06/12/2017 7 min aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr #135881

Français, Françaises, nous avons deux voisins. L'un se trouve à portée de voix: la Russie; l'autre habite un continent d'au-delà des mers, distant de six mille kilomètres de nos rivages, mais qui, depuis soixante douze ans, a planté cinq cents garnisons armées jusqu'aux dents sur nos terres et qui manifeste la ferme intention de ne jamais repartir.

Notre tâche est donc aussi claire qu'évidente: il nous faut retrouver la souveraineté de notre patrie et celle du continent de Copernic, de Descartes et de Voltaire. La question n'est plus que de savoir quel rôle la Russie jouera dans la configuration nouvelle du globe terrestre qui s'ouvre devant nous, mais de tracer clairement les premiers contours d'une civilisation dont le centre de gravité serait franco-russe.

Le premier devoir d'un chef d'Etat informé de l'histoire réelle des nations est de réfuter la prédéfinition de la nature même des relations internationales que l'on tente de faire triompher. Qu'en est-il du concept "d'ingérence" si artificiellement contrefait? Imaginons une France du XVIIe siècle qui n'aurait pas consacré toutes les forces de sa diplomatie afin de tenter de faire élire un pape favorable à ses intérêts nationaux par le cénacle des cardinaux, à l'heure où l'Eglise traçait les lignes de force du gallicanisme. Certes, le pape élu était censé se trouver expressément choisi par la volonté souveraine de la divinité en personne, mais il fallait lui prêter une main vigoureuse, comme il faudra trois siècles plus tard, prêter non moins énergiquement la main au fameux "processus historique" du marxisme afin qu'il voulût bien porter au pouvoir une classe dirigeante issue de la sainte volonté du prolétariat mondial.

Or, la Russie n'est pas seule : à ses côtés, la Chine et l'Inde dressent déjà leur immense silhouette. Il nous faut donc nous demander de la manière la plus pressante comment nous ferons du monde de demain une civilisation de la pesée des âmes vives et de la pesée des âmes mortes de Gogol.

Il apparaît de plus en plus clairement que la Chine entend exercer une souveraineté pleine et entière sur l'Asie centrale et que l'heure sonnera donc inévitablement où la Russie aura besoin de l'Europe pour fonder avec elle un duumvirat à l'échelle planétaire. Si, entre temps, nous n'avions pas clairement pris conscience de cette situation et si nous ne l'avions pas théorisée dans tous ses détails, comment pourrions-nous seulement rêver d'un réembarquement pour les Etats-Unis des cinq cents bases militaires qui occupent l'Europe depuis 1945 et, avec plus de fermeté encore, depuis 1949, date du déclenchement de la guerre froide?

Nous nous trouvons donc d'ores et déjà placés à un tout autre carrefour de l'histoire du monde, celui d'une mutation du regard du genre humain sur lui-même et sur son destin. Cette situation n'est pas nouvelle: au IVe siècle, un ancien préteur romain, saint Ambroise, avait tenté d'apposer le sceau du christianisme sur l'histoire du monde - mais la langue de l'empire romain était empreinte de la lourdeur, de la lenteur et des solennités du temporel. Elle n'était pas en mesure de christianiser l'univers. Il a fallu attendre sa mutation interne pour que saint Augustin pût entrer dans le combat de christianiser la langue de Cicéron. Avec Les Confessions de cet évêque, le latin a acquis une sensibilité, une douceur, un souffle spirituel, une aura inaccessibles aux Salluste, aux Pétrone ou aux Quintilien.

C'est ce nouveau diapason de la langue française qu'il s'agit de conquérir. De nos jours, on voit des auteurs briser le rythme du français classique, afin de semer partout des surprises et de l'inattendu. Andocide pour les Grecs, Pétrone pour les Romains ont tenté de comprimer et de donner un pas hyper-pressé à l'éloquence latine; mais celle-ci n'y était nullement préparée. C'est l'âme et la tonalité du français qu'il faut donc porter à un autre niveau, et cela ne se fera que dans la continuation de la métamorphose du latin sous la plume de l'auteur des Confessions.

Rousseau avait compris cela d'instinct: il était allé porter de nuit ses propres Confessions sur l'autel de la cathédrale Notre-Dame de Paris. Mais les temps n'étaient pas mûrs et son génie était trop épris d'un spectaculaire superficiel pour qu'il pût porter le génie français à une nouvelle souveraineté intérieure de la pensée occidentale et étendre le champ de son regard à une lucidité transcendante aux grigris collectifs planétaires qu'on appelle des théologies.

Dès les jeux olympiques d'hiver de Stochi en 2014, il était devenu bien évident que la Russie entendait placer cette compétition internationale sous le signe de relations prospectives entre l'internationalisme de la culture française et l'internationalisme immanent à la culture russe. Depuis lors, il est devenu encore plus évident que l'espèce humaine ressortit à une animalité cérébralisée et prospective et que seules la Russie et la France bénéficient d'une disposition innée à faire entrer une anthropologie critique en mesure de forger une intelligentsia scientifique capable de comprendre la signification d'une religion chrétienne construite sur le mythe d'une divinité censée se subdiviser en trois "personnes", un "père", un "fils" et un "Saint esprit".

Cette construction familiale de l'origine, de la finalité et des intentions du cosmos ne devient intelligible au sens psychophysiologique du terme que si l'une ou l'autre civilisation dispose de moyens virtuels de comprendre la Trinité sur le terrain psychogénétique, donc anthropologique. Car toute divinité repose évidemment sur une symbolique et un Dieu symbolique ne saurait se donner une progéniture physique, ce qui signifie que le Père et le Fils sont tous deux des personnages symboliques et que le Saint Esprit qui les soutient ou les chapeaute se révèle symbolique à son tour.

Pour préciser la nature et l'avenir d'une civilisation franco-russe, il nous faut donc une réflexion capable de décrypter les fondements anthropologiques de ce mythe de la trinité, puisque c'est du vêtement de ce mythe-là que le christianisme s'enveloppe depuis vingt siècles. Quand deux civilisations s'entendent sur un cadrage aussi fondamental, elles ne peuvent que s'approfondir ensemble. Or, si l'Occident catholique attelle le Père et le Fils à la charrue de l'histoire, l'orthodoxie russe les subordonne tous deux à un personnage insaisissable, réputé les chapeauter de haut et censée avoir débarqué sur la terre avec la Pentecôte.

Fonder une anthropologie critique capable de radiographier ce mythe, c'est se donner l'arène d'une réflexion fidèle à la fois au "connais-toi" socratique et aux Confessions d'Augustin qui, pour la première fois, a élevé le genre humain au rang d'un interlocuteur de lui-même et de personne d'autre.

L'approfondissement de la connaissance scientifique sur l'anthropologie d'une divinité trinitaire, met donc nécessairement la France et la Russie en dialogue sur le mode le plus originel possible, celui de la définition de la hauteur et de la bassesse, de la grandeur et de la petitesse, d'un aristocratisme des sommets et des ruptures de l'ignoble.

Qu'on le veuille ou non, il faudra donc forger des âmes capables de féconder la civilisation franco-russe à partir de l'évidence qu'aucun démiurge ne s'est attardé à créer des plaines, des montagnes, des mers et des fleuves. Il faudra bien forger une humanité qui acceptera qu'il n'y ait personne dans son dos, qui acceptera comme une évidence qu'il existe des milliards de soleil en feu et des vermisseaux acharnés à ramper sur une petite boule instable. Une civilisation du néant est à nos portes - à nous d'apprendre à féconder le vide et le silence de l'éternité. Pour cela, il nous faudra, comme l'écrivait Balzac, à "arracher des mots au silence et des idées à la nuit".

Mais ne sommes-nous pas déjà en route sur ce chemin-là, puisque nous retrouvons, à ce carrefour l'homme qui savait qu'il ne savait rien et qui avait fait de la science de son ignorance, l'objet même de la philosophie occidentale? es à ses yeux son propre assujettissement rampant. Déjà nous observons comment l'étau de l'OTAN se referme sur elle.

24 novembre 2017

aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr

de Diéguez - Decodage anthropologique de l'histoire contemporaine 171123

 commentaire