Démission de Hariri et nouveaux plans de guerre

25-11-2017 arretsurinfo.ch 12 min #135452

Par Jeremy Salt | 21 novembre 2017

S'il est incontestable que la restitution faite par les médias de la démission « forcée » de Saad Hariri est incomplète, il reste à s'interroger sur sa véracité. Etant donné l'assujettissement de Hariri au bloc constitué par l'Arabie Saoudite et les Etats-Unis, sa démission « forcée » ressemble davantage au licenciement d'un cadre d'entreprise qui n'a pas répondu aux attentes de sa hiérarchie. Sommé de quitter ses fonctions, Hariri a suivi cet ordre à la lettre, allant jusqu'à publier un communiqué dicté par les Saoudiens, accusant le Hezbollah et l'Iran de semer la discorde dans la région, et faisant état d'un complot d'assassinat dirigé contre lui.

C'est pourtant bien l'Arabie Saoudite qui sème la discorde, en accusant le Hezbollah et l'Iran d'être à l'origine de cette démission, avec l'intention manifeste de plonger le Liban dans le chaos. Comme cela était à prévoir, Netanyahou a immédiatement sauté sur l'occasion, en déclarant que cette démission était un appel à la « communauté internationale » pour qu'elle prenne des mesures contre l'attitude agressive de l'Iran ; une déclaration qui n'a été prise par personne pour argent comptant, pas même par les Sunnites libanais. Le Hezbollah a réagi de façon mesurée ; c'est finalement l'Arabie Saoudite qui ressort de l'affaire dans la plus mauvaise posture. Vue depuis l'Iran, la démission de Hariri était un complot manigancé par Trump et le Prince héritier Muhammad bin Salman.

Hariri, quant à lui, n'est pas rentré au Liban, où il aurait pu défier les Saoudiens en reprenant son poste, mais s'est rendu en France, où il a été accueilli à l'Elysée par le président Macron. Aussitôt après s'être entretenu avec Hariri, Macron s'est entretenu avec Trump par téléphone de la « menace » iranienne et des modalités pour y faire face. Selon le Président libanais, Michel Aoun, Hariri aurait annoncé son retour à Beyrouth pour le 22 novembre, date anniversaire du jour où le Mandat français au Liban a pris fin. Les différents partis libanais, dont le Hezbollah, continuent de considérer Hariri comme le Premier Ministre. Reste à savoir de quelle façon les événements vont s'orchestrer après son retour.

Que cache toute cette affaire ? Quel est le lien entre la démission (forcée ou non) de Saad Hariri et le reste de l'actualité saoudienne, notamment l'arrestation de plusieurs personnalités influentes du royaume et la confiscation de leurs biens, dont la valeur avoisine quelques 800 milliards de dollars ? Refuser de voir un lien entre ces événements ferait la part trop belle à la coïncidence.

Prétendre que cette purge au sein de la noblesse saoudienne entre dans le cadre d'une opération de lutte contre la corruption est un leurre, puisque celle-ci est constitutive de la gouvernance saoudienne, tant sur le plan intérieur que sur celui de sa politique étrangère. Si l'argument de la corruption ne sert que de couverture, pourquoi ces princes ont-ils été limogés ? Ne serait-ce pas plutôt le signe de leur contestation des erreurs politiques de leur pays, en Syrie et au Yémen, et de leur opposition à ce qui, est clairement en train de passer d'un projet à une réalité : une guerre contre l'Iran menée par les Etats-Unis, Israël et l'Arabie Saoudite ? Ils ne seraient pas les seuls à considérer que le Prince Muhamad bin Salman est irréfléchi, imprudent et prêt à mettre dangereusement en cause la stabilité du royaume saoudien, et à estimer que son accession au trône serait littéralement une ineptie.

Des signaux émis par Israël au cours des six derniers mois annoncent clairement l'imminence d'un nouveau conflit. Il est également acquis que ce pays recevra l'appui, non seulement des Etats-Unis, mais aussi de l'Arabie Saoudite. Cette dernière a, conjointement avec Israël, poussé à la guerre contre l'Iran à plusieurs reprises ces dix dernières années, mais les Etats-Unis ont repoussé le déclenchement d'un conflit armé ouvert, leur priorité restant la Syrie : si l'Etat syrien était anéanti, l'axe de l'alliance stratégique Iran - Syrie - Hezbollah devait lui aussi s'effondrer. Ce plan B a été en partie contrecarré par le refus du Conseil de Sécurité de l'ONU, grâce aux vétos russe et chinois, d'autoriser une guerre aérienne en Syrie dans la droite ligne de l'attaque précédemment menée en Libye. Il a donc fallu en venir au Plan C, qui consistait à s'appuyer sur une guerre d'usure, menée par des intermédiaires takfiri (branche issue d'une scission des Frères Musulmans), organisée, financée et armée principalement par les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite, le Qatar, Israël, la Grande-Bretagne et la France, et coordonnée avec l'appui d'un ensemble de pays allant des Balkans à l'Asie Centrale. Sept ans plus tard, ce plan C est dans une impasse. « L'axe de la réaction » (Etats-Unis, Israël, Arabie Saoudite) a subi un revers cuisant de la part de « l'axe de la résistance » (Iran, Syrie et Hezbollah). L'intervention russe a été décisive, entraînant sa victoire et une humiliation sans précédent des Etats-Unis.

La liste des revers subis par « l'axe de la réaction » ne s'arrête pas là. L'échec de la tentative d'indépendance des Kurdes au nord de l'Irak lui a aussi porté un coup sévère. Les Etats-unis et Israël attisaient depuis plusieurs dizaines d'années ces velléités d'indépendance, considérant que cette partie nord de l'Irak constituait un centre stratégique pour leurs opérations militaires et de renseignement au Moyen-Orient. Les initiatives de « zone d'exclusion aérienne » et de « zone de sécurité » prises par les Américains et les Britanniques dans les années 1990/1991 ont été les premières étapes de ce morcellement planifié de l'Irak, pays dont l'unité ne correspondait plus aux visées impérialistes. L'invasion de 2003 et l'imposition d'une constitution dictée par les Etats-Unis ont, en affaiblissant le gouvernement central, favorisé l'autonomie des Kurdes. Le plan était que cette autonomie aboutisse à l'indépendance, offrant ainsi une nouvelle base aux Etats-unis et à Israël pour intervenir au Moyen-Orient.

Même les Etats-Unis étaient opposés à ce référendum convoqué par Masoud Barzani : considérant qu'ils avaient déjà obtenu ce qu'ils voulaient, ils estimaient que les risques de troubles qu'entraînerait ce référendum prématuré étaient supérieurs à son enjeu.

Des prévisions qui se sont avérées justes. La Turquie et l'Iran ont réagi viscéralement, suspendant les vols et fermant les passages de frontières : l'armée irakienne a repris Kirkouk et l'ensemble du territoire conquis par les Peshmerga en 2014. Barzani a démissionné de son poste de président du Gouvernement Régional du Kurdistan (KRG) : Jalal Talabani, le chef de l'Union Patriotique du Kurdistan (UPK) est mort il y a peu, privant les Kurdes de dirigeant, et les laissant s'entre-déchirer sur la question de savoir qui est responsable de cette débâcle. L'iraq se reconstruit actuellement en tant qu'Etat unitaire. Le développement des Unités de Mobilisation Populaire (PMF) qui sont majoritairement chiites, constitue un puissant renfort pour l'armée régulière. De plus, le gouvernement de Bagdad travaille en étroite coopération avec la république Islamique d'Iran.

Le paradoxe est que ces défaites ont dangereusement accru le risque d'une nouvelle attaque de l' « axe de la réaction » contre l' « axe de la résistance ». Car il est hors de question que la Russie, l'Iran, la Syrie et le Hezbollah puissent sortir victorieux du conflit. C'est à peine si le chef d'Etat-Major israélien, Gabi Eisenkot, a eu besoin de déclarer, comme il l'a fait récemment, que l'entente israélienne avec le Royaume d'Arabie saoudite était totale, face à l'influence croissante de l'Iran - qu'il a même qualifiée d' « hégémonie » - au Moyen-Orient. Dans l'incapacité d' imposer son diktat à l'une des régions les plus pauvres du monde, le Yémen, l'Arabie Saoudite serait un piètre allié d'Israël dans une confrontation armée contre des ennemis aussi dangereux que le Hezbollah et l'Iran. Mais elle est riche et, selon Hasan Nasrallah, s'est engagée à mettre plusieurs milliards de dollars dans une nouvelle guerre contre le Hezbollah.

Dans la mesure où Israël a toujours une prochaine guerre à l'étude, le point central est de savoir « quand » elle sera déclenchée plutôt que de se demander si elle aura lieu. Le pays a procédé ces derniers mois à des exercices militaires terrestres et aériens d'une envergure sans précédent dans sa récente histoire militaire, avec une préparation spécifique à un affrontement contre le Hezbollah, incluant notamment l'entraînement au combat dans des tunnels. Il a averti plusieurs fois ces dernières années qu'il appliquerait la « stratégie Dahiyeh » lors de sa prochaine offensive au Liban, et se livre actuellement à un travail de propagande expliquant que le Liban n'existe plus qu'en tant qu'enclave du Hezbollah contrôlée par l'Iran.

Rappelons que Dahiyeh est à la fois la banlieue majoritairement peuplée de Chiites de Beyrouth et le QG du Hezbollah, qui a été anéanti lors du raid aérien de 2006. Au vu du nombre considérable de victimes civiles qu'Israël entend ainsi infliger lors d'un prochain conflit, l'Iran et la Syrie auraient du mal à limiter leur implication aux seuls moments de leurs interventions, et Israël, les Etats-Unis et l'Arabie Saoudite se retrouveraient avec leurs trois principaux ennemis directement à portée de tir. Le refus américain de retirer ses troupes et de démanteler dès à présent ses bases aériennes en Syrie, dans la mesure où l'Etat Islamique a été « défait » - même s'il leur sert encore d'alibi - a probablement un lien avec ces préparatifs en vue du conflit à venir.

La bataille que mène Israël au Moyen-Orient depuis 1948 pour exister atteint maintenant un point critique. Le pays peut imaginer qu'il a devant lui tout le temps nécessaire pour finir d'avaler la Cisjordanie, mais il ne dispose pas de cet avantage sur le front régional. Si l'Iran est à présent plus puissant qu'il ne l'était avant les guerres d'Irak et de Syrie, il le sera encore plus d'ici deux à trois ans. Il dispose d'une immense armée régulière, a mené une guerre très destructive contre l'Irak (1980-89) et s'est considérablement impliqué dans la défense de la Syrie, tant au niveau de la planification que durant les combats eux-mêmes ; et il s'est doté d'un arsenal conséquent de missiles de courte et longue portée, de fabrication nationale.

Par comparaison, Israël n'a pas combattu une armée régulière depuis 1973 : en 2000, ses troupes ont été chassées du Liban par une armée de guérilla, et lorsqu'il a tenté de récupérer ses territoires perdus dans une nouvelle offensive lancée en 2006, son armée de terre s'est trouvée dans l'incapacité de prendre le moindre village, y compris ceux situés à deux pas de la ligne de démarcation. Ses offensives contre Gaza ont consisté en assauts menés contre une population majoritairement civile et sans défense.

Dans la mesure où, depuis 1948, il assoit sa sécurité, non pas sur la diplomatie, mais sur une complète domination militaire, allant de la possession d'armes nucléaires à l'artillerie conventionnelle de base, Israël ne peut tolérer la situation actuelle, qui voit ses ennemis continuer à consolider leur puissance. Hostile à tout accord diplomatique qui pourrait déboucher sur un réel accord de paix, Israël doit partir en guerre. Il se dit plus fort et mieux préparé qu'en 2006, mais l'Iran et le Hezbollah le sont aussi. A lui seul, le Hezbollah dispose d'une énorme provision de missiles capables d'atteindre n'importe quel point de la Palestine occupée : « Dôme de fer », le système anti-missiles d'Israël pourra en arrêter quelques-uns, mais pas tous.

Si la guerre a lieu, Israël endurera sans doute des pertes civiles sans précédent dans son histoire ; mais les politiciens et généraux qui entourent Netanyahou sauront argumenter en disant que ce danger existentiel exige des sacrifices. Les Etats-Unis viendront en renfort d'Israël, mais il ne faut pas s'attendre à ce que la Russie reste assise à regarder ses alliés du Moyen-Orient se faire anéantir. Le journaliste Abd al Bari Atwan nous a averti que cette guerre, si elle devait avoir lieu, serait la plus destructrice que la région ait connue et dégénérerait en un conflit global. Il a également mis en doute la capacité d'Israël de survivre à ce conflit, après l'avoir déclenché. Nous sommes réellement face à un scénario d'apocalypse.

Comme d'habitude, les Palestiniens se trouvent pris en tenailles dans ce conflit. Mahmoud Abbas est incité de toutes parts - et même par l'Arabie Saoudite - à se rallier à l' « initiative de paix » de Trump-Kushner-Israël. Ce qui le conduirait à adopter publiquement les positions anti-iraniennes, anti-Hezbollah et anti-chiites des Saoudiens, à un moment où il a engagé une procédure de réconciliation avec le Hamas, qui, lui, a refusé de prendre position contre le Hezbollah. Plusieurs de ses hauts dirigeants se sont rendus récemment à Téhéran. Pour le moment, tous les yeux sont tournés vers Hariri et son retour à Beyrouth : comment va-t-il s'expliquer, reprendra-t-il son poste de Premier Ministre, et sous quelles conditions ?

Par Jeremy Salt | 21 novembre 2017

Anciennement journaliste, Jeremy Salt est maintenant enseignant au Département des Sciences Politiques et de l'Administration Publique de l'Université Bilkent d'Ankara, où il dispense des cours sur l'histoire contemporaine et la propagande au Moyen-Orient. Son dernier ouvrage s'intitule « The Unmaking of the Middle East. A History of Western Disorder in Arab Lands » (Berkeley: University of California Press, 2008.) (La destruction du Moyen-Orient - Le désordre occidental dans les pays arabes)

Article original:  ahtribune.com

Traduit de l'anglais par  Sylvie Jolivet pour  Arrêt sur info

Source:  arretsurinfo.ch

 arretsurinfo.ch

 Proposer une solution