Oligarques recherchent oppositions contrôlées et plus si affinités....

14/11/2017 17 min lesmoutonsenrages.fr #135086

Karugido nous propose un article analysant les deux « grands hommes » du moment que sont Trump et Poutine. On voit les provocations de l'un, les contre mesure de l'autre. C'est un ballet qui en met plein les yeux aux spectateurs que nous sommes. Quel est le but de tout ce cirque ? Karugido a une explication. Cet article est issu des réflexions personnelles de l'auteur et de ses observations. C'est une analyse qui lui appartient, appuyées par des documents mais, qui n'a valeur que d'analyse aussi pertinente soit-elle. C'est en cherchant la vérité et qu'on met les pièces d'un puzzle en place, qu'une image se dessine, si certaines pièces peuvent ne pas être à leur place et fausser l'image, il faut donc continuer à chercher la bonne pièce. Il m'a parut intéressant de lancer un débat sur ces deux puissants. Vos avis sont les bienvenus.

Plus les choses avancent, plus il me semble qu'une certaine propagande confusionniste est à l'œuvre ayant pour but de maintenir une certaine division dans la plèbe dissidente et/ou de la divertir afin de l'orienter sur de fausses pistes.

2 thèmes, un tas d'anguilles et de roches.

Du côté des États (dés)Unis d'Amérique nous avons la « story telling » sauce Trump :

Le 19 octobre dans un article l'AFP a relayé un discours de W Bush visant à demi-mot son successeur, le qualifiant de psychopathe altermondialiste dangereux pour l'ordre établi.

La charge à peine voilée de George W. Bush contre le « trumpisme »

Or le 17 octobre, un autre article de notre fameuse Agence Française de Propagande, nous démontre par des faits que l'arrivée de Trump au pouvoir a justement réjoui les marchés :

Wall Street: le Dow Jones, à un record, flirte avec 23.000 points
- +19,2% depuis Trump -

Alors d'un côté, on nous balance quasi-quotidiennement que Trump est un dangereux psychopathe protectionniste (France Info TV en tête), une menace pour l'ordre établi, la paix, le mondialisme et compagnie. Et de l'autre côté dans les faits, on constate que le monde des affaires est satisfait de ce nouveau président. Il me semble important d'étudier cette situation assez paradoxale.

Dans un premier temps il faut avoir conscience que ce fameux « monde des affaires » est un milieu dans lequel l'information et le traitement des faits politiques (publique et/ou hermétique) sont extrêmement importants. Ce sont ces faits qui vont déterminer la santé des marchés.

Explication :
Quand on achète des actions, on croit que la valeur de celles-ci va monter parce qu'on pense que la conjoncture économique est viable et que l'entreprise en question se porte bien. On mise aussi sur le fait que de plus en plus de personnes vont entendre la ou les bonnes nouvelles et en faire autant. En somme, il y a une vague d'optimisme, donc une augmentation de la demande (achat), l'offre devient de plus en plus rare et par conséquent le prix augmente.
Inversement, quand on entend des mauvaises nouvelles concernant l'économie, il devient nécessaire de vendre ses actions car elles vont perdre de la valeur. Il y a alors une vague de pessimisme, ce qui entraîne une diminution de la demande (vente), une augmentation de l'offre et donc mécaniquement une baisse des prix.

Vous comprendrez que les entreprises dont le business repose sur le boursicotage, ont donc intérêt à utiliser toutes leurs relations ainsi que tout leur savoir-faire afin de connaître au mieux la situation de l'économie. Ainsi les entreprises possédants les meilleurs analystes étant évidemment celles qui brassent le plus d'actions, leurs conclusions (traduites sous formes d'opérations) se lisent à travers les résultats des marchés. Ceci influençant de manière concrète le monde réel, il est nécessaire de les prendre en compte.

Or un fait peu relayé dans les médias dissidents est justement la connivence que Donald entretien avec les milieux d'affaires.
Certains pourraient ne pas comprendre comment on peut passer à côté de ça, mais il faut bien garder en tête que quand on analyse les médias mainstream, on se rend rapidement compte qu'ils déforment la réalité. Or si ce raisonnement est généralisé à tout les sujets traités (bien que dans la majorité des cas il semblerait qu'il y ait au moins manipulation de l'information), il devient facile de tomber dans un comportement consistant à entrer automatiquement en opposition avec ces mêmes médias. La tentation est alors forte de nier les faits (d'autant plus quand ils ne sont pas diffusés), ou de les interpréter trop rapidement et de tomber dans une certaine manipulation.

Il me semble que c'est justement l'instrumentalisation de ce mécanisme qui est savamment utilisé par Trump et son équipe, ainsi que le prochain loustic étudié dans cet article.

Voici un tableau qui prend pour exemple la campagne de Donald Trump reflétant l'utilisation de ce mécanisme :

Source : Les 7 propositions de Donald Trump que les grands médias nous cachent

Ce qu'il a dit Ce que nous pouvons constater
Son axe de com'« Je suis contre les médias corrompus et l'establishment » Dans les faits ils (lui et son équipe de com') utilisent constamment les grands médias pour leur propagande.
Sur le plan économique :
  • Dénonciation de la globalisation économie
  • Les rumeurs de soit disant « glass steagall act »
  • Son soit disant protectionnisme
Alors que seulement quelques mois après son élection, il annonce un plan de dérégulation économique.
Annoncé par un ancien de Goldman Sachs d'ailleurs.
Ses promesse sociales (refus des réductions budgétaires sur les avancées sociales) Alors qu'il a essayé de supprimer l'Obamacare et qu'il applique la magnifique théorie de ruissellement (théorie profondément anti-social dans les faits)
Sa véhémence contre le « terrorisme » et le système permettant le financement de celui-ci notamment grâce à la complicité de nos élites. Dans les faits, il suit la même ligne qu'Obama et les élites. (entretenir le problème et offrir des semblants de solution)
A noter le fait suivant, qui en dit long sur le double jeu :Il a interdit aux Syriens de venir aux USA ainsi qu'aux ressortissants « d'Iran, Irak, Yémen, Somalie, Soudans et Lybie ». Mais surtout pas aux principaux pays qui subventionnent le terrorisme ! (Arabie Saoudite, Émirats Arabe Unis par exemple)
Pas folle la guêpe.

Donc nous ne pouvons que constater le double jeu de Donald Trump.
Mais histoire de bien enfoncer le clou, je tiens à vous transmettre des faits supplémentaires que les médias, y compris d'oppositions, ne relayent pas assez souvent voir pas du tout, à savoir les liens réels que Mister Trump entretien avec l'oligarchie mondiale et le système qu'il semble pourtant mépriser. Ces liens qui, de fait, sont connus par les entreprises financières (d'où leur engouement pour Trump).

muckety.com

Il me semble inutile de développer trop, car rien que Vanguard Group (Fonds d'investissements très important - 4 000 Milliard de $ d'actifs), JP Morgan (Grande banque, créatrice des CDS) et Blackrock (Gestion d'actifs - 5 000 Milliards d'euro) devraient mettre la puce à l'oreille de n'importe quel dissident sur la fumisterie Trump.
A noter que Blackrock est le plus important gestionnaire d'actifs au monde. Dans cette boite vous trouverez une bonne partie de l'oligarchie mondiale qui barbote gaiement ensemble, main dans la main. Des entreprises comme Google, Exxon Mobil, Philip Morris, Gazprom (grosse boite Russe) ou même encore la famille Mulliez (cocorico) et j'en passe. Cette entreprise est aussi en lien avec la CFR tout comme Trump par le biais de ses différents collaborateurs (pas lui directement, cela serait trop grossier).
La CFR est probablement LE ThinkTank le plus influent des États Unis, ceci dit au passage.

Voici qui devrait suffire pour démontrer que Trump et son équipe de com' jouent la carte de l'opposition à l'ordre établi, via un culte de la personne et que de l'autre côté il est le plus apte pour le représenter et le maintenir.

De l'autre côté du globe, nous avons le cas de la Russie avec Vladimir Poutine. Perpétuel aimant à dissidents, dont la communication repose quasiment sur les mêmes mécanismes que Trump :
« Soyez pas cons ! Vos chiens de garde vous disent que nous sommes méchants, donc nous sommes les gentils ! »

Or comme pour Trump, il me semble qu'il faut faire attention aux faits.
D'ailleurs on ne peut que constater un certains nombre de points communs entre nos deux compères ou paire de cons. Notamment autour de leur com' style « culte de la personne » + opposition contrôlée, mais aussi au niveau de la verticalité de la politique sur laquelle Trump semble s'engager.

Dans certains journaux d'opposition français, on peut souvent lire des choses vantant les mérites de Poutine. Cet (ex-)agent du KGB arrivé au pouvoir à grand coup de magouilles dignes de la CIA.

On nous le vend comme l'opposant principal de l'ordre mondial, aux États Unis (le grand méchant loup solitaire de l'histoire), dont il est d'ailleurs le martyr parfait !

Cette pauvre bichette persécutée, sans défense, luttant seule face au monde entier et représentant le dernier espoir de l'humanité contre les forces démoniaques de l'ordre mondial. Une sorte de David contre Goliath sauce 21ème siècle.
Si ça c'est pas du grossier « story telling »...

Or, quand on s'intéresse un peu aux faits, toujours les faits, on se rend compte que Poutine n'est pas forcément ce « savior of the universe » à l'instar de Flash Gordon.

Il est quand même l'homme qui a succédé à Boris Eltsine, celui qui a permis la création de classe oligarchique à la sauce occidentale en Russie en appliquant une stratégie du choc soutenue par les élites occidentales elles-mêmes.
Poutine n'a rien changé à tout cela bien au contraire, il a revendiqué plus de verticalité, d'autorité, en persécutant certains oligarques mais aussi en laissant une partie d'entre eux tranquille allant jusqu'à faire de certains d'entre eux sa garde canine rapprochée.

Chez lui, il est le Maître des oligarques, celui qui fait régner l'ordre à grands coups de propagande médiatique dans laquelle il utilise son charisme incomparable via un culte de la personne savamment utilisé. A l'instar de n'importe quel gouvernement fasciste soit on marche avec lui soit on crève, sauf que lui il a l'avantage d'être un ancien du KGB donc on crève plutôt bien. De plus, il a les moyens ainsi que les connaissances pour rester discret sur ses activités.
C'est assez grossier, car si un membre très actif de la CIA devenait président des USA, la dissidence s'offusquerait. Mais quand c'est en Russie, c'est pas pareil, vous comprenez ? Le KGB c'est des gentils en vrai !

Pour comprendre la fumisterie « Poutine », il me semble qu'il faut d'abord définir correctement l'ordre mondial. On peut donner plusieurs définitions de celui-ci, mais en gros :

  • Soit on pense qu'il a toujours eu pour but d'être sous le contrôle exclusif d'un pays, les USA
  • Soit on pense, qu'il est avant tout un ORDRE SOCIAL, ce qui signifie qu'il a pour vocation d'instaurer un fonctionnement précis à une échelle planétaire. Un fonctionnement qui de fait peut être régi avec plusieurs pôles et qui ne sont pas nécessairement des États mais plutôt des corporations.

Il me semble que le premier point ne tient pas debout, bien qu'il soit bien réparti sur la toile (on peut facilement comprendre pourquoi certains en font leur propagande - diversion - story telling, voire fond de commerce pour les profiteurs).
Car si nous considérons que les multiples Thinktank ayant vue le jour après guerre ont joué et jouent encore un rôle important dans notre fonctionnement, on ne peut que constater que le concept de « nation » est bien le dernier de leurs soucis. Au contraire, s'ils pouvaient le faire sauter, ceci les arrangerait bien.
Pour comprendre leurs philosophie, il faut s'intéresser aux objectifs des principaux thinktank. Vous trouverez sur leurs sites internets respectifs des explications complémentaires (rien n'est caché il suffit d'aller s'informer):

Vous comprendrez qu'il s'agit d'associations mêlant différents types de personnes influentes ayant pour but d'optimiser le monde des affaires. Monde des affaires dont la philosophie est celle d'un néolibéralisme, qui par définition est contre le concept d'État Nation et encore moins pour une souveraineté populaire.

Donc considérer l'ordre mondial comme quelque chose de purement américain me semble être un amalgame dangereux car il omet l'existence de groupes qui sont fondamentalement incompatibles avec les états (USA compris) et dont la principale préoccupation est : La prospérité des affaires.
Ceci passe par la mise en place, le maintien et la généralisation d'un ORDRE SOCIAL, celui que nous connaissons depuis des siècles, anti-démocratique et qui consiste tout simplement à fabriquer des riches grâce au travail des pauvres.

Quand on se rend compte de cela, on comprend facilement que Vladimir Poutine s'inscrit totalement dans ce fonctionnement.
Par son totalitarisme il est indirectement à la tête d'un grand nombre de groupes russes qui sont eux sur le marché MONDIAL.
La plus connue de ces entreprises est Gazprom.
Elle sert à la fois de machine à fric et d'arme stratégique économique.
Comme vous avez pu le constater plus haut elle a des parts dans la gigantesque entreprise de gestion d'actif qu'est Blackrock. Ceci rajoutant un élément à la démonstration précédente.
On pourrait d'ailleurs multiplier ce type d'exemples.
Un fait intéressant à noter est aussi la complicité entre la Russie et notre première force d'esclavage française, la famille Mulliez (Auchan and co). Ces oligarques français, passés maîtres dans la grande distribution, s'accaparent des monopoles, écrasant ainsi toutes initiatives locales et/ou artisanales.
Comme en France, ils appauvrissent la culture du pays, le savoir-faire et généralisent le conformisme via l'utilisation des marchés mondiaux.

Mais ce n'est pas tout, si on s'intéresse à l'entourage de Mister Poutine, on apprend qu'il est notamment en lien avec l'oligarqueOleg Deripaska.
Ce multimilliardaire est à la tête de grands groupes russes mondialement reconnus, principalement dans le secteur industriel (Aluminium).

Il est aussi en lien avec Yuri V. Kovalchuk, réputé pour être le banquier personnel de Poutine (Rossiya Bank). Encore un qui a préféré marcher avec l'ex agent du KGB.
Un dernier pour la route: Vladimir Strzhalkovsky.

Ex agent du KGB (tiens, tiens), il a rejoint le conseil d'administration de Bank of Cyprius, rejoignant ainsi son pote Poutine lui même au conseil. Il avait aussi fait un petit tour dans une entreprise minière (Zinc) grâce à laquelle il aurait touché 100 Millions de dollars en parachute doré. Décidément l'amitié avec Poutine cela paye.

Bref, vous trouverez encore d'autres exemples si vous faites vos propres recherches grâce à ceci : (liste non exhaustive car Vladimir Poutine masque un grand nombre d'informations)

muckety.com

Un autre indice fort qui est venu renforcer tout ça est d'ailleurs l'arrivée de RT en France.
Pensez vous vraiment que si RT était gênant pour l'ordre établi, cette chaîne de télévision de l'État Russe aurait été autorisée en France ?
Les plus attentifs constateront que je n'ai pas traité l'histoire des liens entre Poutine et Trump, mais il me semble qu'après l'exposition des faits précédents vous comprendrez qu'ils sont très probablement réels et que ceci n'est pas un problème pour la stabilité de l'ordre établi. Bien au contraire.

Il y aurait de quoi écrire un livre tant le sujet est vaste et les preuves nombreuses pour démontrer que Donald Trump et Vladimir Poutine sont tout sauf des opposants à l'ordre mondial réel qui est déjà en application depuis bien des années.
Cette ORDRE MONDIAL qui a pour but de maintenir la tête sous l'eau de la majorité de la plèbe mondiale en l'asservissant via un système de marché mondial.
Système de marché qu'elle sait utiliser à son avantage, en multipliant les corporations plus ou moins publique et en protégeant le pouvoir de création monétaire privé par lequel elle tire une bonne partie de ses forces.

Dans ce petit jeu nous, la plèbe des pays occidentaux, faisons partie des plus chanceux car nous avons encore la possibilité de nous exprimer plus facilement, malgré une certaine novlangue , que ceux qui ramassent les matières premières nous permettant de communiquer et de vivre avec un niveau de confort supérieur à la majorité des humains sur terre.
Alors ne gâchons pas cette chance et luttons contre la servitude et l'ignorance afin de permettre l'avènement d'un monde respectueux pour le genre humain dans son intégralité. Un monde dans lequel la majorité reprendraient sa place de décideur, place que la nature lui a mathématiquement et naturellement donnée.

Honnêtement, étant donné notre complicité à ce système malgré nous, c'est la moindre des choses que nous puissions faire.

Auteur Karogido pour son site

Dans un souci de partage, vous trouverez une riche base de données, avec des documents à télécharger sur le droit et les institutions, l'histoire, l'économie, les think-tank et lobbying, livres, images et travaux citoyens. Je remercie Karugido

lesmoutonsenrages.fr

newsnet 17/11/14 13:06

y'a de l'idée

 commentaire