13/11/2017 7 min arretsurinfo.ch #135052

Liban: Pression israélienne sur l'Arabie Saoudite pour contenir le Hezbollah

Par Steven Sahiounie | 10 novembre 2017

L'Arabie Saoudite dit que le Liban lui a déclaré la guerre. En règle générale, une déclaration de guerre est émise par l'agresseur, et non le contraire.

Après la perte de la Syrie, la coalition anti-Iran Etats-Unis-Pays du Golfe des se tourne vers le Liban.

Le Liban, est un petit pays de 3 millions d'habitants en bordure de la Méditérannée Orientale. Les musulmans Chiites, qui représentent la principale confession religieuse du pays, ont un parti politique, le Hezbollah, dont la fondation remonte au début des années 1980. Le Hezbollah comporte aussi une branche militaire très puissante, plus puissante en réalité que l'Armée libanaise.

L'Armée Israélienne a envahi et occupé le Sud du Liban de 1982 jusqu'au 24 mai 2000. Au cours de cette brutale occupation militaire, plus de 30 000 civils libanais ont été tués, 120 000 ont été blessés ou sont restés invalides. La création du Hezbollah a résulté du mouvement de résistance populaire qui s'est dressé contre l'occupant israélien. Cette résistance a porté ses fruits, entraînant la libération du pays. Le sud du Liban est peuplé de Chiites et de Chrétiens. Le Courant Patriotique Libre (CPL), qui est le parti chrétien le plus important du Liban, la Brigade Marada, la Fédération Révolutionnaire Arménienne et tous les partis chrétiens sont en accord avec les orientations du Hezbollah.

Pour les Chiites, résister à Israël est un devoir religieux ; pour les Chrétiens, le Hezbollah constitue la seule parade contre le terrorisme radical.

Certains Sunnites Libanais sont sur la même ligne que l'Arabie Saoudite et les Etats-Unis. Ils s'opposent au Hezbollah et éprouvent à son encontre la même hostilité qu'Israël. Mais il y a aussi de nombreux Sunnites Libanais qui sont en accord avec l'idéologie de résistance du Hezbollah.

Cette idéologie revendique la fin de l'occupation israélienne : en Palestine, au Liban et en Syrie. La résistance à l'occupation doit déboucher sur un traité de paix entre toutes les parties. Pour le moment, cet objectif reste un rêve.

En tant que parti politique, le Hezbollah participe aux élections et a obtenu des sièges au Parlement ; il supervise également tout un ensemble de services sanitaires et sociaux ; la force armée qu'il dirige a la puissance nécessaire pour empêcher toute invasion dans la partie méridionale du Liban. Pour obtenir du Hezbollah qu'il dépose les armes il faudrait que l'Etat d'Israël évacue - comme cela a été stipulé dans une résolution des Nations Unies - les fermes de Chebaa, une bande de territoire étroite au Sud du Liban ; évacue le Plateau du Golan en Syrie ; signe un traité de paix avec la Palestine, approuvé par les Nations Unies et les Etats-Unis ; et entérine « la Solution à deux Etats », quelquefois désignée par une autre formule « La Terre contre la Paix ».

Mais aucun geste n'a été fait en ce sens et le Hezbollah reste une formidable organisation militaire qui est allée soutenir l'Armée Syrienne Arabe dans son combat contre les groupes terroristes, dont certaines sont dirigés, appuyés et financés par la coalition occidentale et ses partenaires du Golfe.

En Syrie, vous avez d'un côté les forces gouvernementales syriennes, appuyées par le Hezbollah et les armées russe et iranienne, et, de l'autre côté, les différentes organisations de combattants radicaux, soutenues pour la plupart par le Qatar, la Turquie, l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis. Le conflit syrien est une « guerre par procuration », qui oppose les alliés de l'Iran à ceux des Etats-Unis.

Saad Hariri, en tant que Premier Ministre du Liban, représentait le courant Sunnite. Ce dirigeant pragmatique a favorisé la voie de la négociation avec le Hezbollah et les autres partis, même si leurs vues divergeaient. Pour lui et les autres responsables politiques, l'objectif de l'unité nationale l'emportait sur les divisions, qu'ils estimaient stériles.

Saad Hariri est Libanais, mais il est aussi citoyen saoudien parce qu'il est né à Ryad et qu'il a grandi au palais du Roi Fahd, dont sa mère a été l'épouse. Le père de Saad Hariri a été Premier ministre du Liban jusqu'à sa mort. Le 2 novembre 2017, Saad Hariri s'est entretenu avec le premier conseiller du Guide suprême de l'Iran. Un entretien jugé fructueux par le conseiller lui-même. Le lendemain, Hariri s'est envolé pour l'Arabie Saoudite, d'où il a annoncé sa démission le jour suivant.

Il s'agit là d'une grave entorse au protocole politique qui a pris de court le Président et le porte-parole du Parlement. Ces derniers se sont demandés pourquoi ils n'avaient pas été avisés personnellement et officiellement de cette décision, et des circonstances dans lesquelles elle avait été prise. C'est à la télévision qu'ils l'ont entendu prononcer son allocution de démission. Il y blâmait l'Iran pour sa politique moyen-orientale, notamment au Liban.

Il semble évident que cette démission est un message adressé par le prince héritier saoudien au Hezbollah et à ses alliés iraniens : aux yeux de son altesse, Hariri est responsable de l'échec du désarmement du Hezbollah, et l'Iran est responsable des pertes que l'Arabie Saoudite et son allié américain ont subies en Syrie. Le jeune prince, dépité, ne se remet pas de ces revers, et quelqu'un devait en payer le prix.

Au cours de ces événements, le Prince héritier a également fait procéder à des rafles et à l'arrestation de nombreux princes, tous proches de lui, qui ont été placés en détention forcée. Ils sont accusés de corruption et de blanchiment d'argent dans le cadre d'un vaste « plan anti-corruption ». Les commentateurs américains officiels se sont félicités de cette décision, aboutissement logique du sompteux sommet anti-terroriste qui s'est tenu en Arabie Saoudite sous l'égide du Président Trump. Depuis cette rencontre, l'Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis ont le Qatar dans le collimateur, l'accusant de parrainer et de subventionner le terrorisme : c'est en quelque sorte la poêle qui se moque du chaudron !

La coalition Etats-Unis-ONU-Pays du Golfe a perdu la partie en Syrie. Elle amorce maintenant l'exécution de son Plan B : saper au Liban la puissance militaire du Hezbollah, qui a joué sa partition dans la victoire syrienne. Cette stratégie répond aux visées d'Israël, qui voit dans le Hezbollah une menace.

La défaite de l'Etat Islamique en Syrie a dégagé, entre Téhéran et Beyrouth,, un pont terrestre susceptible de faciliter l'approvisionnerment en armes du Hezbollah. Israël attaque régulièrement la Syrie en invoquant le prétexte de cette livraison d'armes. Ces attaques entrent dans le cadre de l'alliance conclue entre Israël, les Etats-Unis, l'Arabie Saoudite et les pays du Golfe, en vue de désarmer le Hezbollah et d'empêcher l'acheminement du matériel militaire iranien. Plus globalement, cette alliance a pour but d'affaiblir l'Iran au Moyen-Orient.

L'alliance de la Russie, de l'iran et de la Syrie leur a permis de remporter la guerre contre la terreur. Cette nouvelle agression à l'encontre du Hezbollah accroît considérablement le risque d'un affrontement direct entre les Etats-Unis et la Russie. La question est de savoir qui, dans cet environnement de sables mouvants, écrit la règle du jeu de la partie d'échec géante en cours.

Par Steven Sahiounie | 10 novembre 2017

Steven est né à Fresno, en Californie. Alors qu'il est encore enfant, ses parents quittent les Etats-Unis et s'installent en Syrie, à Latakia, lieu de naissance de son père. Il fait toute sa scolarité dans des écoles publiques et privées de Latakia. Pour décrocher le Master de l'American High School de l'Etat du Maine, il étudie seul chez lui et passe les examens à l'institut de formation AMIDEAST de Beyrouth, au Liban. Il étudie actuellement la littérature anglaise dans une université libanaise. Depuis 2011 il travaille avec de nombreux médias en tant qu'analyste et commentateur politique sur le conflit en Syrie.

Article original : balkanspost.com

Traduit par Sylvie Jolivet pour arrêt sur info

Source : arretsurinfo.ch

arretsurinfo.ch

 commentaire