28/10/2017 4 articles 5 min francais.rt.com #134487

L'administration américaine dévoile plus de cinq millions de documents sur l'assassinat de Jfk

© Handout Source: Reuters

Le 27 octobre, 54 ans après l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy, Donald Trump a autorisé la publication de 5 millions de documents classés top secret pour «éteindre les théories du complot». Cuba, l'URSS et la mafia sont évoqués par l'enquête.

L'administration Trump a publié le 27 octobre quelque cinq millions de documents sur l'assassinat du président John Fitzgerald Kennedy, des dossiers qui révèlent quelques détails sur l'événement qui bouleversa le monde, sans remettre en question la version officielle.

Plus d'un demi-siècle après la mort de JFK le 22 novembre 1963 à Dallas, au Texas, 2 891 dossiers ont été postés sur le site des Archives nationales. Les experts n'attendent pas de grandes révélations dans les documents publiés, qui prendront des mois à être épluchés. Mais le président Donald Trump a repoussé de six mois la divulgation de documents jugés trop «sensibles».

Trump veut «porter quasiment tout à la connaissance du public»

«Les dossiers JFK sont publiés avec attention. Au bout du compte il y aura une grande transparence. J'ai espoir de porter quasiment tout à la connaissance du public !», a tweeté Donald Trump le 27 octobre au matin.

Je publierai TOUS les dossiers Kennedy à l'exception des noms et adresses des personnes mentionnées toujours vivantes

Puis, dans la soirée, il a affirmé sur Twitter : «Je publierai TOUS les dossiers Kennedy à l'exception des noms et adresses des personnes mentionnées toujours vivantes», disant agir notamment pour «éteindre toutes les théories du complot.»

 realDonaldTrump28/10/2017 02:05:45  41825  12241  41331543/45
#JFKFiles

Certains documents remontent à 1962, soit un an avant l'assassinat du 35e président américain imputé à l'Américain Lee Harvey Oswald, un ancien Marine ayant agi seul, selon la Commission Warren chargée de l'enquête.

Ils exposent les intrigues de l'époque, avec par exemple un complot ourdi au début de la présidence du démocrate par la CIA, qui a offert au chef mafieux Sam Giancana 150 000 dollars pour éliminer Fidel Castro. Egalement le fait que la police fédérale (FBI) était au courant d'un plan pour assassiner le tueur de Kennedy ou encore les soupçons de Moscou sur une conspiration fomentée par l'extrême droite américaine contre JFK.

Mais la plupart des documents ne sont que des compte-rendus d'agents fédéraux sur de fausses pistes.

Lee Harvey Oswald avait fait défection en URSS dès 1959

Si plusieurs théories ont fait état de liens entre Oswald, Cuba et l'URSS, un mémo du FBI de 1963, après l'assassinat, les contredit. Ainsi, une source explique que «les responsables du parti communiste de l'Union soviétique pensaient qu'il y avait un complot bien organisé de la part de "l'ultra droite" aux Etats-Unis pour commettre un "coup d'Etat".»

Les Soviétiques craignaient que cet assassinat puisse servir de prétexte pour «arrêter les négociations avec l'Union soviétique, attaquer Cuba et par la suite répandre la guerre.» Ils ont insisté sur le fait qu'ils n'avaient «absolument aucune connexion» avec Oswald, qui avait fait défection pour l'Union soviétique en 1959 et était finalement rentré aux Etats-Unis en 1962.

Les services américains ont six mois pour caviarder le reste des documents

Donald Trump a donné aux services de renseignement jusqu'au 26 avril 2018 pour passer au crible les documents jugés sensibles et en censurer les parties les plus délicates.

Il s'agit notamment de protéger les informateurs du renseignement et de la police, ainsi que les «activités menées avec le soutien d'organisations étrangères», précise une source sous couvert d'anonymat.

Depuis la mort de JFK, des centaines d'ouvrages et de films ont alimenté la prolifération de théories plus ou moins farfelues sur celle-ci, pointant du doigt principalement les adversaires communistes de la Guerre froide, la mafia ou encore le vice-président Lyndon B. Johnson.

Des hypothèses relancées après la sortie du film JFK d'Oliver Stone en 1991. Face au débat décuplé alors, une loi a imposé en 1992 la publication de ces documents, en intégralité et sans censure, après 25 ans. Mais leur divulgation risque de ne pas suffire à faire taire même les thèses les plus extrêmes.

Lire aussi : Donald Trump va déclassifier les dossiers relatifs à l'assassinat du président Kennedy

francais.rt.com

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
Histoire 29/10/2017 9 min histoireetsociete.wordpress.com #134517

New York Times: Dans les fichiers Jfk, un retour à l'ère des secrets et des intrigues, par Peter Bakeroct

On se demande si l'auteur de l'article est réellement convaincu qu'il s'agit des mœurs « d'une époque », celle de la guerre froide, et si la CIA ne continue pas à agir de la même manière aujourd'hui. Le thème des raisons pour lesquelles l'agence n'a pas encore assassiné un chef d'Etat apparait fréquemment y compris pour la Corée du Nord. On n'est pas très étonné d'apprendre à quel point le syndicat du crime joue les supplétifs dans ce domaine (note et traduction de Danielle Bleitrach).

documentaires 08/11/2017 15 min entelekheia.fr #134852

Dossier Kennedy : le triomphe de l'État profond sur Trump

En 1963, l'assassinat de Kennedy a déclenché une vague sans précédent de théories du complot, et pour cause : les conclusions de la Commission Warren ne résistent pas à l'examen. Cela étant posé, qui a tué Kennedy et surtout, pourquoi est-il si important de le savoir ? La théorie du complot la plus populaire donne peut-être un début de réponse. Si, comme elle l'affirme, Kennedy a été tué par un coup monté de ses propres services intérieurs, cela signifie, ni plus ni moins, que les noms et obédiences politiques des présidents successifs des USA n'ont aucune importance : la Maison-Blanche n'est qu'une façade et le président des USA, un VRP de luxe.

11/11/2017 5 min arretsurinfo.ch #134962

Etats-Unis: Pourquoi l'inculpation de Manafort est un exemple d'extrême hypocrisie

Manafort et le Procureur Spécial Mueller

L'hypocrisie et le système du deux poids deux mesures

Par Philip M. Giraldi, ancien agent de la CIA

Publié le 04.11.2017 sur Strategic-culture

Les accusations portées cette semaine à l'encontre de l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, sont sans doute sérieuses, dans la mesure où elles mettent en jeu la dissimulation du blanchiment de plus de 18 millions de dollars, du contournement de lois fiscales portant sur un revenu total d'au moins 75 millions de dollars, ainsi que d'actions de lobbying auprès du gouvernement ukrainien.

Référencé par