La Révolution D'Octobre, Normale Ou Monstrueuse?

13/10/2017 30 articles 10 min histoireetsociete.wordpress.com #133987

Un article fondamental d'une historienne qui représente l'honneur de sa profession autant qu'elle devrait l'être de la part des militants communistes dont le parti est né de cette révolution d'Octobre (danielle Bleitrach)

Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d'histoire contemporaine, université Paris 7-Denis Diderot

Paru dans Le Drapeau rouge, organe du parti communiste belge, n° 64, septembre-octobre 2017

vendemiaire.over-blog.org

La révolution d'Octobre est aussi logique que la Révolution française, qu'on ne peut expliquer qu'en décrivant, à l'exemple des grands historiens Albert Mathiez, Georges Lefebvre et Albert Soboul, la crise, de long et de court termes, de l'Ancien Régime féodal qui précéda et provoqua ce séisme.

Une longue situation prérévolutionnaire

Un pays arriéré, jeté dans le capitalisme entre l'ukase de 1861 abolissant le servage et la mise en coupe réglée de cette Caverne d'Ali Baba, depuis les années 1890, par les puissances impérialistes développées. La masse des paysans, plus de 80% de la population, fut soit privée de terre, soit enfoncée, plus gravement au fil des générations, dans la dette du rachat obligatoire des terres devenues « libres », à la superficie réduite à quasi rien (les paysans français avaient, eux, arraché en juillet 1793, au terme d'une lutte ininterrompue de quatre ans, l'abolition des droits seigneuriaux sans indemnité). La classe ouvrière issue de ce monde paysan misérable fut surexploitée par la grande bourgeoisie nationale et plus encore par les tuteurs de cette dernière, les grands groupes bancaires et industriels étrangers (français, britanniques, allemands, suisses, américains), qui, depuis l'ère du ministre de Witte, contrôlaient toute l'économie moderne. Concentrée plus qu'en tout autre pays dans les grandes villes ‑ capitale politique, Saint-Pétersbourg-Petrograd, en tête, avec l'énorme usine d'armement Poutilov ‑, elle était combative : 40% des 3 millions d'ouvriers d'avant 1914 travaillaient dans des usines de plus de 1 000 ouvriers, et « la courbe des grèves » enfla sans répit du second semestre 1914 à février 1917, passant de 30 000 à 700 000 grévistes.

La guerre russo-japonaise de 1904, insigne manifestation des appétits des grands impérialismes rivaux pour le pactole russe, s'était achevée, vu l'ineptie militaire du régime tsariste, sur un fiasco aussi cuisant que celui qui avait mis fin à la guerre de Crimée. Avec pour conséquence la révolution de 1905, dans laquelle Lénine, chef de la fraction « bolchevique » (majoritaire au congrès de Londres de 1903) du Parti ouvrier social-démocrate de Russie (POSDR), vit, après coup, « le plus grand mouvement du prolétariat après la Commune » et « la répétition générale » de celle de 1917. L'échec du mouvement fondateur des « conseils » (soviets), nouveau mode d'expression et de pouvoir populaires, fut suivi d'une terrible et durable répression : plus que jamais, l'empire fut une prison des peuples, chérie absolue du grand capital français prêteur de crédits garantis par l'État français et « tondeuse de coupons” » (Lénine, chap. 8 de L'impérialisme, stade suprême du capitalisme). Cet échec retarderait de cinquante ans l'échéance d'une nouvelle révolution, à moins, pensait Lénine, d'une crise ou d'une guerre. La suite raccourcit les délais en conjuguant les deux.

Le système tsariste s'avéra aussi inepte qu'habituellement dans la conduite de la guerre générale. Sa chair à canon ne disposa même pas du minimum de munitions, la Russie fabriquant de 1914 à 1917 9 fois moins de cartouches et fusils que nécessaire. Baisse de la production agricole de près du quart, gabegie des réquisitions, récoltes pourrissant sur les lieux de production, insurmontables problèmes de transport, catastrophe du ravitaillement : début 1917, même sur le front, la ration de pain ne dépassait pas la journée et les soldats-paysans (95% de l'armée) rentraient à pied chez eux. C'était pire en ville, à Moscou et Petrograd notamment. La faim fut « la cause immédiate de la révolution » de février (Michel Laran, Russie-URSS 1870-1970, Paris, Masson, 1973). Celle-ci aboutit à l'abdication de Nicolas II, qui « avait fait l'unanimité contre lui ».

Une révolution logique

Les bolcheviques, exilés, comme Lénine (en Finlande), ou clandestins en Russie, étaient certes alors ultra-minoritaires. Mais ils cessèrent vite de l'être car le peuple russe, avide de réformes profondes, dut constater que son sort ne changeait pas. Il fut au fil des mois amèrement déçu par ceux auxquels il avait accordé sa confiance, tels les socialistes-révolutionnaires qui avaient depuis longtemps promis la terre à ceux qui la travaillaient. Même les paysans finirent par admettre, au tournant d'octobre 1917, qu'aucun autre parti que celui de Lénine, seul à démontrer depuis février sa capacité à tenir ses engagements, ne leur donnerait la terre et ne les libérerait de droit de la boucherie à laquelle ils avaient d'ailleurs commencé à se soustraire de fait depuis 1916.

Les historiens français des années 1970 montraient comment l'évolution de la conjoncture et des rapports sociaux avait en un temps record, entre août et octobre 1917 surtout, érigé les minoritaires de février en délégués exclusifs des « aspirations populaires ». L'universitaire René Girault a décrit ce processus dominé par deux questions, la terre et la paix. « À partir du putsch manqué du général Kornilov (fin août), l'évolution accélérée des soviets vers les bolcheviks, marquée par le passage de bon nombre de soviets urbains, de soldats et même de paysans à des majorités bolcheviques, montre que la constante opposition des bolcheviks à l'égard du gouvernement provisoire (et envers son "incarnation” Kerensky) remporte l'adhésion populaire ».

Le parti bolchevique réalisa dès la prise du pouvoir les réformes promises en « faisa[n]t basculer de son côté la grande masse de la paysannerie », sachant que « la confiance [que lui accordaient l]es masses urbaines était beaucoup plus forte » que celle des paysans. L'analyse de l'historien socialiste rejoignait, soixante ans plus tard (« Les révolutions russes », t. 5 de l'Histoire économique et sociale du monde, Léon Pierre, éd., Paris, Armand Colin, 1977, p. 125-142), celle du grand journaliste communiste américain John Reed, auteur des Dix jours qui ébranlèrent le monde, chef-d'œuvre d'« histoire immédiate » de la révolution d'Octobre et de ses enjeux de classe qu'il faut lire et relire (Paris, 10-18, réédition, 1963).

La coalition impérialiste contre les Soviets

Ce sont ces transformations effectuées avec autant de pragmatisme que de fidélité aux principes, selon Girault, qui assurèrent aux bolcheviques seuls (solitude qu'ils n'avaient pas voulue) la victoire finale dans une « guerre civile » qui, comme pour la Révolution française et toutes les « guerres civiles » depuis lors, fut d'origine et de financement surtout étrangers (comme l'atteste l'actuel cas vénézuelien). Ce n'est pas parce que les bolcheviques étaient des dictateurs sanguinaires haïs de leur peuple que, depuis 1918, « les forces armées de quatorze États envahirent la Russie soviétique sans déclaration de guerre », avec en tête « la Grande-Bretagne, la France, le Japon, l'Allemagne, l'Italie, les États-Unis », tuèrent plus de Russes que la guerre même, 7 millions d'« hommes, femmes et enfants », et causèrent des « pertes matérielles estimées par le gouvernement soviétique à 60 milliards de dollars », montant très supérieur aux « dettes tsaristes aux Alliés » et qui ne donna lieu à « aucune réparation » des envahisseurs, selon « le bilan » de Michael Sayers et Albert Kahn (The Great Conspiracy: The Secret War Against Soviet Russia, Little, Boni & Gaer, New York, 1946, traduit en 1947). Comme les aristocrates d'Europe coalisés en 1792 pour rétablir en France l'Ancien Régime et assurer chez eux la survie des privilèges féodaux, les groupes étrangers qui avaient fait main basse sur l'empire russe et les États à leur service plongèrent à nouveau la Russie dans trois ans de chaos pour conserver leurs trésors et s'en tailler de nouveaux, telle la Royal Dutch Shell, qui comptait à l'occasion rafler la totalité du pétrole caucasien. Comme en France, la Terreur révolutionnaire ne fut que la réplique obligée aux assauts extérieurs.

L'étape actuelle de la démonisation de la Russie soviétique (ou non)

En comparant les révolutions française et russe, le grand historien américain Arno Mayer, professeur à Princeton, a confirmé ces analyses de Sayers et Kahn, futures victimes du maccarthysme (independent.co.uk ;en.wikipedia.org). Si la France, a-t-il conclu, avait été une « forteresse assiégée » avant que la nouvelle classe dominante pût « s'arranger » avec les privilégiés contre-révolutionnaires de France et d'ailleurs, la Russie soviétique demeura un paria assailli de sa naissance à sa mort, et pour des motifs indépendants du caractère et des façons de Lénine ou de Staline (Les Furies, 1789, 1917, Violence vengeance terreur aux temps de la révolution française et de la révolution russe, Paris, Fayard, 2002). Exception, heureusement traduite, dans le paysage historiographique.

Car les historiens « reconnus » présentent aujourd'hui la révolution d'Octobre comme le coup d'État d'un groupuscule anti-démocratique et assoiffé de sang, ou, au mieux, comme une entreprise initiale sympathique, confisquée par une « minorité politique agissant dans le vide institutionnel ambiant » et débouchant, ô horreur, sur « des décennies de dictature » et sur « l'échec soviétique [marquant] l'échec et la défaite de toutes les formes historiques d'émancipation du XXe siècle liées au mouvement ouvrier » : ces jugements respectifs de Nicolas Werth et Frédérick Genevée, dans « Que reste-t-il de la révolution d'Octobre? », « hors-série » deL'Humanité publié à l'été 2017, confirment les regrets officiels du PCF sur son passé « stalinien » dès la publication du Livre noir du communisme de 1997 du tandem Stéphane Courtois (successeur de feu François Furet)-Nicolas Werth.

Écho significatif du tournant antisoviétique et pro-américain des manuels français d'histoire du secondaire négocié dès 1983, qui frappa l'URSS (Diana Pinto, « L'Amérique dans les livres d'histoire et de géographie des classes terminales françaises », Historiens et Géographes, n° 303, mars 1985, p. 611-620) puis la Révolution française : c'était la double obsession de Furet, historien sans archives dont « ceux d'en haut », en France, aux États-Unis et dans l'Union européenne, Allemagne au premier chef, usèrent tant des services (L'histoire contemporaine toujours sous influence, Paris, Delga-Le temps des cerises, 2012). Après la chute de l'URSS et ses suites ‑ l'extension considérable de la sphère d'influence américaine en Europe ‑, la criminalisation de l'URSS s'imposa d'autant plus aisément que presque tous les anciens partis communistes avaient cessé d'y résister.

L'historiographie dominante est alignée sur la propagande antibolchevique et russophobe déversée depuis la fin de 1917. Mais on peut encore confronter la litanie des grands médias et de leurs historiens fétiches aux nombreux travaux scientifiques qui ont décrit correctement la révolution d'Octobre. Les lire sur l'événement majeur du 20 e siècle permet d'aspirer une grande bouffée d'air frais. N'hésitez pas...

histoireetsociete.wordpress.com

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
documentaires 17/10/2017 13 min #134116

La Russie et la Grande révolution, 1917-2017

Le 7 novembre 2017, la Russie commémore le 100e anniversaire de la révolution bolchévique qui, d'après le calendrier julien, a eu lieu le 25 octobre. De nos jours, les historiens russes parlent de la Grande révolution russe en y incluant la période de la révolution de février 1917, la révolution d'octobre et la guerre civile ayant duré jusqu'à la fondation de l'URSS en décembre 1922. L'intégralité de la période de la première révolution de 1905, y compris la première guerre mondiale, jusqu'en 1922 est aussi référencée en tant qu'«époque des troubles», par analogie avec celle qui s'étendit sur les premières années du XVIIe siècle, et pendant laquelle il n'y avait pas de tsar.

20/10/2017 4 min #134218

Petrograd 1917, Nazim Hikmet

documentaires 20/10/2017 12 min #134227

Cent ans de la Révolution d'Octobre : entretien avec Georges Gastaud

Georges GASTAUD

Entretien d'Initiative Communiste avec Georges Gastaud, auteur du Nouveau défi léniniste (Delga), secrétaire national du PRCF, à propos d'Octobre 17 et du rassemblement du 4 novembre 2017 à Paris. Inscrivez vous au rassemblement du 4 novembre 2017 à Paris pour les 100 ans de la révolution d'Octobre. Ne manquez pas le meeting international et le spectacle exclusif de la compagnie Jolie Môme pour retrouver l'élan révolutionnaire, la solidarité internationaliste pour faire place aux peuples.

documentaires 30/10/2017 30 min #134530

La Grande Russie à travers l'histoire : Le centenaire de la Révolution de 1917

« Dans une société fondée sur le pouvoir de l'argent, tandis que quelques poignées de riches ne savent être que des parasites, il ne peut y avoir de « liberté », réelle et véritable ». Lénine

Dans quelques jours la Russie est en droit de fêter le centenaire de la Révolution de 1917. Cet évènement planétaire tenu en haleine le monde occidental pendant près de trois quart de siècles avant de tomber sous les coups de boutoir d'un Occident qui a tout fait pour le démolir en vain, par méconnaissance de l'âme et de la résilience des Russes.

30/10/2017 2 min #134531

Révolution d'octobre et Révolution française - mythes et réalité historique

Interview enregistrée le 26.08.2017 (1 ère partie)

A l'occasion du centenaire de la Révolution d'octobre, Annie Lacroix-Riz, historienne, professeur émérite d'histoire contemporaine de l'Université Paris VII, nous parle de deux révolutions les plus importantes de l'histoire. Peut-on rétablir la vérité historique sur ces évènements entourés de mythes mensongers ? La Terreur est-elle inhérente à la démarche des révolutionnaires ? Pourquoi se déclenche-t-elle après les révolutions ? Quel est le rôle de la terreur contre-révolutionnaire et de l'intervention étrangère ? Quel est le nombre de leurs victimes ?...

30/10/2017 14 min #134543

« Nous avons initié une grande cause »: Les femmes qui ont influencé la révolution bolchevique (photos)

es.rt.com Publié le: 29 oct. 2017 08:47 GMT

Beaucoup de femmes ont marqué l'histoire révolutionnaire de la Russie parce qu'elles y ont sacrifié leur bien-être et même leur vie.

Nadejda Kroupskaya lors d'une réunion de Stakeovers.
Spoutnik

Suivez-nous sur Facebook
facebook.com

31/10/2017 18 min #134574

Lénine, le porte-drapeau des opprimés et des exploités

Mohamed BELAALI

« Sa volonté était uniquement inébranlablement tendue, comme une force irrésistible de la nature, vers un seul but : la Révolution ». Clara Zetkin.

Cent ans après la Révolution d'octobre, il est utile et nécessaire, surtout en cette sombre période, de rappeler quelques idées d'un homme qui a, qu'on le veuille ou non, profondément marqué l'histoire contemporaine.

31/10/2017 6 min #134581

Il y a 100 ans, plusieurs milliers de soldats russes se mutinaient au camp de La Courtine en Creuse

france3-regions.francetvinfo.fr

Des soldats russes devant leur tente au camp de La Courtine durant l'été 1917 / © épreuve anonyme/Pascal Coussy-France 3 Limousin

Ces jeunes hommes ont écrit en Limousin, loin de chez eux, une page longtemps oubliée de la révolution russe.

07/11/2017 33 min #134819

Dix jours qui ébranlèrent le monde. Le centenaire de la révolution d'Octobre

07 Nov 2017

Article de : Marc Vandepitte / Jozef Mampuys

Les grandes révolutions sont toujours en avance sur leur temps. Elles poursuivent des objectifs qui sont un progrès par rapport aux phases historiques précédentes. La révolution d'Octobre fut la première tentative à grande échelle de mettre fin à la misère et à l'oppression du capitalisme.

07/11/2017 49 min #134820

Comment la révolution d'Octobre a changé le monde

07 Nov 2017

Article de : Jacques Pauwels

À l'occasion du centenaire de la révolution d'Octobre, l'historien Jacques Pauwels revient sur cet événement qui a marqué le monde. Comment les soldats, les ouvriers et les paysans de l'empire russe ont renversé l'ordre établi ? Quel rôle Lénine et les bolcheviks ont-ils joué ? Pourquoi le reportage d'un journaliste américain, présent au cœur de la tempête, a eu un effet retentissant à travers le monde, jusqu'au cœur des Etats-Unis ? Comment la contestation y a-t-elle été étouffée par les champions autoproclamés de la démocratie, avec le concours du Ku-Klux-Klan ? Comment l'Union soviétique a changé le cours de l'Histoire, depuis les mouvements pour l'indépendance dans les colonies jusqu'à la victoire sur le nazisme en passant par la lutte pour la libération des Afro-Américains ? Démêlant les mythes des réalités, Jacques Pauwels nous explique comment la révolution d'Octobre a changé le monde et pourquoi nous sommes redevables des peuples de l'empire tsariste qui se sont soulevés, il y a cent ans.

07/11/2017 12 min #134821

Alors l'art se souleva

07 Nov 2017

Article de : Evelyne Pieiller

Dès avant guerre, la rupture avec les codes de l'art bourgeois avait été consommée. Après 1917, les artistes s'emploient à rendre les enjeux révolutionnaires sensibles, ce qui ouvre sur de nouvelles voies esthétiques. Mais non sans contradictions pour eux-mêmes.

07/11/2017 26 min #134822

La révolution russe de 1917 a voulu établir pour toujours le règne égalitaire de l'espèce humaine

07 Nov 2017

Article de : Alain Badiou

Un échec, la révolution d'Octobre ? À contre-courant de nombreux manuels d'histoire et des médias mainstream, Alain Badiou suggère le contraire. Dans une réflexion inspirante, le philosophe replace les événements de 1917 dans l'histoire de ce bipède sans plume qu'on appelle l'homme.

07/11/2017 6 min #134823

Une révolution anticoloniale

07 Nov 2017

Article de : Jean Pierre Dubois

Au début du 19e siècle, partout en Europe, la plupart des socialistes soutiennent la politique coloniale. S'ils défendent les prolétaires de leur pays, c'est sur le dos des peuples exploités dans les colonies. Lénine marque un tournant radical en dénonçant l'hypocrisie de cette gauche coloniale et en exposant les racines capitalistes du colonialisme.

documentaires 07/11/2017 5 min #134824

La révolution d'Octobre et la russophobie d'Occident

07 Nov 2017

Article de : Robert Charvin

Faut-il détester la Russie], le professeur de droit international Robert Charvin analyse ce regard que l'Ouest porte sur l'Est.

S'est édifiée au fil de l'Histoire en Occident une représentation de la Russie « éternellement » aux marges de l'Europe« civilisée ».

documentaires 07/11/2017 7 min #134825

La révolution de 1917 : un problème pour le Kremlin

Amie Ferris-Rotman Эми Феррис-Ротман

Le centenaire de la révolution d'Octobre perturbe les mémoires dans la Russie d'aujourd'hui

Illustration de Sofo Kirtadze

Le diorama qui montre l'aspect d'Oulianovsk au moment de la naissance de Vladimir Lénine en 1870 fait apparaître un nombre remarquable d'églises orthodoxes.

documentaires 08/11/2017 14 min #134839

Bruno Drewski: « On ne s'acharnerait pas sur la révolution d'Octobre si elle était morte »

07 Nov 2017

Article de : Grégoire Lalieu

Journaux, documentaires et autres magazines ont abondamment relayé les événements de 1917 à l'occasion du centenaire de la révolution d'Octobre. Presque tout y est passé, des manigances politiques à la violence des manifestations en passant par le profil psychologique de Lénine.

documentaires 08/11/2017 7 min #134848

Les 100 ans de la Révolution d'Octobre : les Occidentaux plus sensibles à la nostalgie de 1917

Les Occidentaux et les Russes réagissent diversement aux différents éléments du passé, du présent et de l'avenir de la Russie, probablement parce que les occidentaux la voient à travers des stéréotypes, considère le journaliste Bryan MacDonald.

Par Bryan McDonald - 7 nov. 2017

La toute première fois que j'ai visité la Russie, c'était au début de l'hiver. Il n'y avait pas de vol direct depuis Dublin, ce qui signifiait que je devais passer par Riga où j'ai acheté un «bonnet fourré» en prévision du froid.

Monde 08/11/2017 6 min #134856

Une centaine de personnes célèbrent la Révolution d'Octobre devant la demeure de Lénine à Paris

© RT France

Alors que l'on commémore le centenaire de la Révolution russe de 1917, des militants communistes de différents pays se sont retrouvés devant l'ancien domicile parisien de Lénine pour célébrer une figure toujours très controversée.

Ils étaient une petite centaine dans une ruelle du XIVe arrondissement de Paris, la rue Marie Rose, où a vécu durant quelques mois Vladimir Ilitch Oulianov, dit Lénine, le leader de la révolution bolchevique de 1917 qui a donné naissance à l'Union soviétique.

Monde 08/11/2017 4 min #134869

Les partis communistes de Russie et de Chine publient un nouveau livre sur Lénine pour marquer le centenaire de la révolution russe

Effectivement, lors de notre récent séjour, nous avons vu se développer ce tourisme rouge qui fait le tour des lieux historiques mais pille littéralement les boutiques de souvenir et les statuettes de Lénine et de Staline. Cette collaboration entre les deux partis se concrétise dans des actes communs mais aussi par des échanges continuels d'expériences (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Référencé par