Un peu de respect, bordel de merde !

09/10/2017 5 min legrandsoir.info #133811

Jean ORTIZ

Une adresse à ceux qui "revisitent" l'histoire du Che...
Merde, merde et merde !! Je viens de faire, comme d'hab, ma revue de presse. Ce matin, c'est « A mort le Che ! » avec l'éminente spécialiste de la sexualité de DSK, qu'elle appelle fort élégamment le « roi des porcs » dans son best seller malodorant, et interdit, « Belle et bête »...

Un livre sulfureux, pour « vendre ».
Cette dame, de « haut » niveau scientifique, recommence une opération du même acabit avec Che. De la psychologie de bazar, des rumeurs élevées au rang de vérités historiques, des ragots de bistrot... On connaît la dame et son éthique. Mais que « Sud-Ouest dimanche », un journal d'ordinaire de qualité, où j'ai de nombreux amis, lui cire les pompes, je ne le comprends pas. Ou plutôt si, je comprends tout.

Les « décideurs » ont converti en mercenaires de la plume, pour défendre le système, des littérateurs vénaux, afin de cracher sur le Che. Nous l'avons déjà écrit. Mais la ficelle est aussi grosse qu'une bitte d'amarrage (rien à voir avec les phantasmes de la dame). Ce sont les stigmatiseurs qui se couvrent de crachats. Mais attention, en criminalisant le Che, c'est d'abord nous qu'ils visent, nous tous qui voulons rompre avec le capitalisme. Il ne doit pas y avoir d'alternative ! Le capitalisme est l'état naturel de la société... Point à la ligne. Escrocs !

Et pourtant, une information plurielle aurait été possible aujourd'hui. Quasiment aucun journal n'évoque l'excellent documentaire de Tancrède Ramonet, ce soir, sur la 5. Tancrède porte le nom de son père, et sent le « rouge et noir ». Et puis il y a aussi le livre « Vive le Che ! » qui depuis juin fait son chemin, remplit les salles, sans l'aide des médias dominants nationaux. Avec les coups de main de quelques journalistes locaux, qui eux, respectent la déontologie du métier. Et pas parce qu'ils parlent de mon bouquin, mais parce qu'ils le confrontent, ont le courage de ramer à contre-courant, et d'envoyer bouler les idées dominantes.

Un spécialiste, y compris reconnu, parce qu'il est, et reste, communiste, qu'il n'a pas trahi, qu'il assume ses engagements, avec liberté, critique et fidélité, demeure, pour les « chiens de garde », un « dangereux communiste ». Je m'en réjouis presque. Même affaibli, nous continuons à leur pourrir la vie.

Au nom des miens, je l'ai répété mille fois, j'essaie d'être communiste. Jusqu'au bout. Que l'on attende de moi aucun exhibitionnisme, aucune repentance obscène. Je suis bien dans mon identité. J'ai des amis libertaires, trotskistes, prêtres, occitanistes, arabes, palestiniens, gitans, hamonistes, malabaristes... J'apprécie la capacité d'écoute et la simplicité de Pierre Laurent. J'aime la verve et le charisme de Mélenchon, ses meetings « pédagogiques », d'éducation populaire ; mais je n'accepte pas que qui que ce soit me demande de renoncer à ce que je suis. Je n'ai pas besoin de label, ni de passer sous les fourches caudines de la « radicalité ».

Radicalisme, rupture, radicalité, révolution, anticapitalisme, horizon communisme, socialisation, lutte des classes, internationalisme, ne sont pas pour moi des vains mots, ni des mots marketing. Ils structurent ma vie ; j'ai beaucoup donné, je ne demande en retour que le respect. Je ne supporte plus les invectives entre frères de combat de classe, les petits calculs politiciens, « hégémoniques »... Je ne suis ni mélenchoniste, ni hamoniste, ni suiviste..., peut-être « ortiziste », et simplement révolutionnaire, donc critique.

Je suis immensément heureux que le PCF rende hommage au colonel Fabien, ce lundi à 18h30, à ce Che que brandissaient les « gauchistes » en mai 1968, et que les miens considéraient alors comme un irresponsable, un boute feu, un exportateur de révolution, etc. Le Che était un communiste « sui generis », comme tous les jeunes qui en ces années 1960, libérés des dogmes soviétiques par la révolution cubaine, prirent les armes au nom de l'expérience, et l'espérance, cubaines. Et en moururent. Ils allèrent jusqu'au bout d'un sacrifice consenti. Ce sont nos frères, nos camarades. Ils sont des nôtres. Il était temps de les revendiquer... Miguel Henriquez, Roque Dalton, Tamara, les camarades tupamaros, montoneros, de l'ERP, guérilleros guatémaltèques, fondateurs du Front sandiniste, du Front Farabundo Marti, etc. Ils sont patrimoine commun, comme le Che, patrimoine commun de tous les révolutionnaires.

Jean ORTIZ
L'humanité Dimanche, 8 Octobre, 2017.

P.S. : Je rentre d'Auch, d'un débat au Centre culturel espagnol, sur le Che. Salle comble, une quarantaine de bouquins vendus. En bas, d'en bas, partons à la reconquête de nos valeurs, de nos utopies...

AJOUT DU GRAND SOIR :

»» humanite.fr

legrandsoir.info

 commentaire