Pourquoi une rubrique sur l'Europe de l'Est?

10/08/2017 4 min investigaction.net #132025

Article de : Monika Karbowska Judith Morva / Bruno Drweski

L'ignorance et l'indifférence de l'Occident impérialiste vis-à-vis de l'Est périphérique est une constante historique lourde de conséquences dont les raisons sont profondes : racisme vis-à-vis de l'Europe « périphérique », séquelles de la vision féodale du monde dans laquelle les habitants de l'Est restent d'éternels « moujiks barbarisés », retombées de la propagande anti-communiste intense des médias occidentaux pendant trois générations et qui continue sous une forme à peine transformée...

Nos camarades de la gauche occidentale, en particulier de la gauche dite « morale », nous ont eux-aussi souvent déçus par la pérennité de formes de pouvoir de type « diviser pour régner », par lesquelles ils choisissaient qui allait représenter les Européens de l'Est et qui serait le « bon client » des structures « progressistes » occidentales. Dans les années 2005-2010, nous, les militants de la nouvelle gauche de l'Est, avons pourtant cru à l'unité d'un mouvement de gauche européen pour transformer l'Union européenne, sortir nos pays de leur position périphérique et les intégrer en tant qu'égaux dans une nouvelle Europe sociale, solidaire et féministe. Hélas, force est de constater qu'il n'en est rien et que cela n'est pas seulement dû au fait de la puissance de nos ennemis capitalistes et impérialistes.

Trop souvent nous nous sommes retrouvés seuls dans nos luttes, espérant en vain l'attention et le soutien de nos camarades de l'Ouest. Par exemple, lorsqu'en 2012 en Roumanie et en 2013 en Bulgarie ont éclaté de puissants mouvements de types « indignés », pas un militant de la gauche anticapitaliste européenne ne s'est rendu sur place pour apprendre à la source ce qui s'y passait ! Les médias de gauche occidentaux n'ont pas accordé non plus beaucoup d'intérêt à un événement majeur : l'unification des mouvements de gauche des Balkans via le Forum des Balkans. Seule la Bosnie a retenu l'attention de certains militants en 2014, mais cela a été bref et n'a pas modifié globalement le désintérêt du public de gauche occidental pour ces « contrées où vivent les dragons ». Preuve que l'hégémonie culturelle impérialiste exerce aussi son influence sur une grande partie de la gauche et que l'échec au moins partiel du « socialisme réel » constitue un handicap qui reste le plus souvent imputé à l'esprit « retardataire » des populations de l'Est. Pourtant si l'Est a tenté, en bien comme en mal, une expérience révolutionnaire progressiste, l'Ouest, lui, n'est jamais arrivé à ce stade, ce qui devrait rendre humbles les deux pôles européens.

Nous avons donc pris à l'Est notre destinée en main et décidé de mener nos luttes de façon autonome. Après les deux Forums des Balkans à Zagreb en 2012 et 2013, s'est tenu en mars 2016 à Wroclaw, en Pologne, le « Forum d'Europe de l'Est et de Coopération avec le Sud », Forum élargi à la Grèce et la Turquie, à la Russie, l'Ukraine et la Biélorussie, avec même une participation chinoise. Et auquel ont participé nos camarades d'Investig'Action, preuve que l'anti-impérialisme authentique qui manifeste sa solidarité avec les pays opprimés du Sud, ne néglige pas non plus l'Europe orientale. Nous continuons aujourd'hui notre collaboration pour analyser au mieux le passé de ce que fut le « socialisme réel », analyser et décrire nos problèmes présents et élaborer un programme pour une future Europe orientale socialiste.

Des blogs et portails est-européens anglophones existant déjà, nous avons décidé d'ouvrir un blog francophone diffusant nos analyses et nos informations afin de toucher le public francophone d'Europe, d'Afrique, des Amériques et d'Asie. Nos camarades d'Investig'Action ont bien voulu nous ouvrir leurs colonnes pour cette entreprise, nous les en remercions et espérons que notre point de vue sera écouté et pris en compte par l'ensemble de la gauche occidentale sociale et anti-impérialiste afin que nous puissions enfin, tous ensemble, changer le monde et changer notre continent.

Monika Karbowska
Judith Morva
Bruno Drweski

investigaction.net

 commentaire