Une commission sénatoriale du congrès des Etats-Unis adopte un projet de loi supprimant l'aide aux Palestiniens

07/08/2017 4 min ism-france.org #131958

Par Patricia Zengerle

Washington (Reuters) - Jeudi 3 août, une commission sénatoriale du congrès des Etats-Unis a approuvé un projet de loi qui supprimerait 300 millions de dollars de l'aide annuelle des Etats-Unis à l'Autorité palestinienne à moins qu'elle ne mette fin à ce que les sénateurs ont décrit comme des paiements récompensant des crimes violents.

Bashar Massalah (1 )
La commission des Affaires étrangères du Sénat a voté (17 voix pour / 4 contre) une mesure appelée la « loi Taylor Force » après qu'un ancien militaire américain de 29 ans ait été mortellement poignardé l'an dernier par un Palestinien alors qu'il était en visite en Israël.

Le projet de loi, qui doit être approuvé par l'ensemble du Sénat et par la Chambre des Représentants pour devenir une Loi, a pour objectif d'empêcher l'Autorité palestinienne de verser certaines aides financières, qui peuvent atteindre 3.500 dollars par mois.

L'assaillant du jeune Américain a été abattu par la police israélienne, mais la famille du tueur reçoit ce type d'allocation mensuelle.

« Nous espérons que la mesure, une fois adoptée, permettra d'empêcher que d'autres personnes aient le même destin : qu'une personne innocente menant sa vie en toute innocence soit assassinée par quelqu'un qui y est incité par l'attitude de son propre gouvernement », a déclaré en conférence de presse le Sénateur Bob Corker, président républicain de la commission et co-porteur du projet de loi.

En parallèle, 16 membres républicains et démocrates de la commission ont écrit à Nikki Haley, l'ambassadeur américain aux Nations Unies, pour lui demander de prendre la tête d'une campagne internationale qui encouragerait d'autres pays à adopter des mesures similaires.

Quand il a été tué (le 8 mars 2016, ndt) Taylor Force était étudiant de deuxième cycle à l'université de Vanderbilt, Tennessee, l'Etat dont est originaire Bob Corker.

Les parents de Force vivent en Caroline du Sud, l'Etat d'origine du sénateur Lindsey Graham qui se trouve être le second co-porteur républicain du projet de loi. Graham, qui a qualifié ces allocations de « salaire pour tuer », est président du sous-comité du Sénat en charge de superviser les aides étrangères.

Des officiels palestiniens ont indiqué vouloir continuer à verser ces allocations, qu'ils considèrent comme une aide financière accordée aux familles de personnes emprisonnées par Israël du fait de leur combat contre l'occupation ou tuées pour des raisons en lien avec cette cause (1).

Afin de bénéficier d'un plus large soutien, la loi originale a été modifiée pour prendre en compte le besoin d'aide humanitaire. Il exclut l'aide apportée au Réseau hospitalier de Jérusalem-Est (6 hôpitaux, ndt), crée un compte de séquestre pour détenir les fonds destinés à l'aide et énonce une série de mesures que l'Autorité palestinienne peut adopter pour la reprise de l'aide.

Corker s'est déclaré confiant sur le fait que son projet de loi serait finalement adopté dans les prochains mois. Une législation similaire a également été introduite auprès de la Chambre des Représentants.

Des opposants au projet de loi ont dit craindre que la suppression de l'aide économique aux Palestiniens ne fera qu'augmenter la pauvreté et l'instabilité en Cisjordanie et à Gaza, et générer plus de violence.

(1) Dans le cas de l'exécution de Taylor Force, le martyr palestinien est Bashar Massalah, 22 ans, originaire de Qalqilya, au nord de la Cisjordanie occupée, une ville qui, après avoir été l'une des plus prospères de Palestine, périclite depuis 2003, enfermée sur 3 côtés par le mur construit par le régime de Tel Aviv.

Source : Reuters

Traduction : CR pour ISM

ism-france.org

 commentaire