Hulot, 10 000 fois hélas

19/05/2017 3 min altermonde-sans-frontiere.com #129024

Par Fabrice Nicolino

Chers lecteurs,
Certains d'entre vous savent que je travaille pour Charlie et je dois écrire sur Hulot dans le numéro de mercredi prochain. Je ne m'étendrai donc pas, désolé. Mais je peux vous dire à quel point je suis stupéfait de tant de naïveté de la part de Hulot. Mais s'agit-il encore de naïveté ?

Il y a cinq ans, j'ai écrit Qui a tué l'écologie ?, livre dans lequel je consacrais un chapitre très critique à Hulot et sa fondation. Laquelle, et ce n'est pas rien, a comme partenaires des industriels aussi marqués que Vinci ou la holding agro-industrielle Avril (ex-Sofiprotéol). Je n'ai évidemment pas changé d'avis. Hulot aura passé des dizaines d'heures en tête-à-tête avec Chirac, sans que rien ne change. Donné une énorme crédibilité à une vulgaire opération politicienne de Sarkozy en 2007, le si funeste Grenelle de l'Environnement. Accepté un poste de Hollande et fait croire aux si nombreux crédules que les Accords de Paris sur le climat étaient une victoire, alors qu'ils sont un désastre.

Je ne doute pas qu'en bon communicant, il saura mettre en valeur sa politique. Mais dites-moi ? N'a-t-on pas déjà vu cela ? En 1981, Mitterrand renonçait à l'extension du Larzac et à la centrale nucléaire de Plogoff. Et puis, rien d'autre que la poursuite implacable de la destruction du monde. De même en 1997 avec Jospin, qui avait dealé avec les Verts de Voynet et Cochet l'abandon de Superphénix et du canal Rhin-Rhône.

Hulot a déjà, c'est l'évidence, obtenu la fin du projet de Notre-Dame-des-Landes, et gagnera sur quelques autres points symboliques, car tel est l'intérêt de Macron. Mais la machine continuera dans la même direction, car tel est son but. Hulot et ceux qui le suivent dans cette triste aventure oublient tout. Comment est structurée une société. Quel en est l'imaginaire. Comment s'exerce le pouvoir et au profit de qui. Quelles forces sociales, économiques et culturelles défendent quels intérêts, et pourquoi. Quel est le jeu des transnationales et que signifie défendre, comme le fait Macron, le commerce mondial au travers de traités comme le CETA.

Ce gouvernement est farci de lobbyistes si évidents que personne ne les voit plus. Comme dans La Lettre volée, de Poe. Défenseurs militants du nucléaire, des exportations d'armes, des mines d'or en Guyane, du business en général, ils ont en partie réussi à rendre évidents, presque naturels, leurs choix idéologiques au point que personne ne paraît oser le leur reprocher. Le slogan implicite de tous ces gens crève les yeux : c'est celui de Thatcher. There is no alternative. Il n'y a pas d'autre choix.

(Illustration : La lettre volée - d'Edgar Allan Poe)

Est-ce que je suis déçu par Hulot ? Oui, je le suis. Il avait la responsabilité de préparer une génération au grand changement. Il préfère un poste d'illusionniste.

fabrice-nicolino.com

altermonde-sans-frontiere.com

 commentaire