18/05/2017 3 min francais.rt.com #128965

La Corée du Sud pourrait renvoyer le bouclier antimissile Thaad aux Etats-Unis

© Stringer Source: Reuters

Des responsables démocrates sud-coréens estime que Séoul pourrait rendre à Washington son système de défense THAAD, dont certains éléments ont déjà été déployés dans le pays, s'il s'avère que son installation viole la loi sud-coréenne.

«Il faut examiner les problèmes liés au système de défense THAAD, et notamment la possibilité de le renvoyer, s'il s'avère que la législation sud-coréenne a été violée lors de son déploiement», a déclaré Woo Sang-ho, du parti démocrate sud-coréen, cité par l'agence de presse RIA Novosti. Il a d'ailleurs souligné que le parlement sud-coréen n'avait pas examiné au préalable la question du déploiement du bouclier antimissile américain dans le pays. La décision de son installation n'avait qu'été annoncée en juillet 2016 après des négociations entre les Défenses sud-coréenne et américaine.

Lire aussi

La Corée du Sud refuse de payer la facture américaine du THAAD

Le parti démocrate se prononce pour la suspension du déploiement THAAD en Corée du Sud car, selon ses députés, l'ancienne administration conservatrice n'a pas su convaincre la population de la nécessité de cette mesure et a agi unilatéralement, violant ainsi les lois sud-coréennes.

Les tensions autour du THAAD se sont intensifiées après les propos de Donald Trump, fin avril, selon lesquels Séoul devrait payer un milliard de dollars pour abriter le bouclier antimissile américain. La Corée du Sud a qualifié ces propos de violation des accords conclus entre les deux pays, selon lesquels Washington devait assumer tous les frais liés à ce déploiement, Séoul fournissant le territoire pour le THAAD.

Ce bouclier antimissile est capable d'intercepter et de détruire des missiles balistiques pendant leur vol hors de l'atmosphère ou dans l'atmosphère pendant leur descente. Selon Washington, le déploiement du système en Corée du Sud a pour objectif de faire face aux menaces émanant de Pyongyang qui se livre à de nombreux essais balistiques. Cette décision est loin de faire l'unanimité dans la région. La Chine et la Russie ont exprimé leur mécontentement, appelant les différents protagonistes de cette crise à la «retenue».

Les premières pièces du nouveau système anti-missile THAAD, arrivées en Corée du Sud le 26 avril, ont suscité des échauffourées entre la police et des manifestants s'opposant à son déploiement.

Lire aussi : Affrontements après l'arrivée en Corée du Sud du nouveau bouclier anti-missiles américain en Asie

La Corée du Sud entend rouvrir un dialogue avec le Nord

Le ministère sud-coréen de l'Unification a déclaré le 17 mai la nécessité de rétablir la ligne téléphonique avec Pyongyang. «Le gouvernement estime qu'il est nécessaire de rouvrir la chaîne de dialogue intercoréen. Le ministère examine les moyens de son rétablissement», a dit un responsable sud-coréen sans préciser plus de détails.

En même temps, le nouveau président sud- coréen Moon Jae-In a évoqué une «possibilité élevée» de conflit avec le Nord et a prévenu que les programmes balistique et nucléaire du Nord «avançaient rapidement». «Je ne tolèrerai jamais les provocations du Nord et ses menaces nucléaires», a-t-il dit lors d'une visite au ministère de la Défense, appelant son armée à adopter une «position défensive infaillible».

Nord et Sud sont toujours techniquement en guerre, car le conflit de 1950-1953 a été ponctué par un armistice, et non par un traité de paix.

francais.rt.com

 commentaire