Israël-Arabie Saoudite: une alliance solide

13/05/2017 18 articles 6 min investigaction.net #128714

Article de : Stefano Mauro

L'alliance entre Israël et l'Arabie Saoudite au Moyen-Orient continue d'évoluer rapidement au niveau de convergences géopolitiques, militaires et économiques. Si, il y a seulement quelques mois, les premiers médias du Moyen Orient et de l'Europe ont commencé à évoquer des relations et des contacts entre les deux Etats, il est clair qu'il s'agit maintenant d'une véritable normalisation des relations entre Israël et les Saoudiens, mais aussi d'une alliance politique et militaires avec des réunions et des contacts plus fréquents.

La preuve de ce rapprochement entre les deux pays est liée, par exemple, à l'annonce du début des travaux de construction de l'ambassade saoudienne en Israël, probablement la plus grande et la plus importante à Tel-Aviv. Officiellement, les deux pays n'ont pas des relations diplomatiques depuis la création de l'Etat d'Israël en 1948 (la Nakba) qui a entraîné l'expulsion de centaines de milliers de Palestiniens de leurs terres. Cependant, en 2005, par un accord formel entre le président américain George Bush (proche allié d'Israël et de sa politique coloniale) et le roi saoudien Fahd, la monarchie du Golfe s'est déclarée favorable à la reconnaissance officielle de l'Etat d'Israël. Depuis lors, selon de nombreux analystes, les convergences entre les deux pays se sont progressivement confirmées, jusqu'à la récente désignation comme futur ambassadeur d'Arabie Saoudite à Tel-Aviv du prince Walid Bin Talal.

Les déclarations du directeur saoudien du Centre d'études stratégiques du Moyen-Orient à Jeddah, Anwar Eshqi, laissent peu de doute. Dans une interview avec le journal israélien Yediot Aharonot, l'ancien général a clairement déclaré que « la coopération entre Riyadh et Tel-Aviv contre leurs ennemis communs (l'Iran, la Syrie et le Hezbollah, ndlr) est arrivée à un tel point que l'État saoudien s'engage à encourager tous les pays arabes à normaliser leurs relations diplomatiques avec Israël ». La seule condition imposée par la monarchie saoudienne serait l'acceptation de la proposition de paix, présentée par les Saoudiens en 2016, au sujet des Territoires Occupés (Palestine et les plateaux du Golan). Une proposition qui a été modifiée, ou mieux, qui a été expurgée des clauses du droit de retour des milliers de réfugiés palestiniens dans leurs foyers et de celles pour le retour du plateau du Golan qui resterait sous administration israélienne. Eshqi a ajouté que « si le gouvernement Netanyahou accepte la proposition de paix arabe, l'Arabie Saoudite invitera Israël à participer à une confédération économique avec tous les pays de la région (pour la création d'une zone de libre-échange que les Saoudiens veulent créer sur l'île de Tiran cédée par le Général égyptien Al Sissi en 2016, avec la construction d'un pont sur la Mer Rouge reliant l'Asie au continent africain, ndlr) ». Sur le plan économique en effet, la presse israélienne rapporte que l'État saoudien et les Emirats ont signé des contrats de plusieurs centaines de millions de dollars avec Tel-Aviv précisément pour « fournir un soutien financier à l'économie israélienne.»

Sur le plan militaire, les convergences entre les deux pays ont des racines plus lointaines. Riyadh avait financé l'invasion israélienne du Liban en 2006, dans le but de détruire l'ennemi commun représenté par Hezbollah et par la résistance libanaise (Source AFP). Le soutien économique a été le

même lors de l'opération militaire contre Gaza en 2008-2009, appelée « Plomb durci », parce que la résistance palestinienne n'était plus alignée aux directives saoudiennes.

Ces dernières années, les accords de Vienne (entre le quintet Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Chine, Russie ainsi que Allemagne et Iran), l'influence croissante de la République iranienne, le changement de direction de l'administration Obama (avec une détérioration des relations entre les Etats-Unis et ses alliés traditionnels dans la région, les Saoudiens et les Israéliens) et, enfin, les difficultés à faire tomber le régime syrien de Assad Al Bachar, ennemi commun, ont amené inévitablement les deux pays à une alliance solide.

Au niveau militaire, l'Etat juif soutient, officiellement et officieusement, toutes les initiatives et les interventions de Riyadh. Au Yémen, par exemple, le gouvernement israélien fournit des armes et un soutien logistique aux troupes saoudiennes qui combattent les chiites (Houti), ce qui entraîne le massacre des civils. Le même soutien, indirectement, s'opère contre les groupes djihadistes financés et soutenus par les Saoudiens en Syrie au point qu'un analyste israélien, Yossi Melman, a écrit dans le Jerusalem Post que «les groupes djihadistes comme Daesh ou Al Nusra ne sont pas une menace pour Israël parce que, depuis que ces groupes se sont installés dans la zone des hauteurs du Golan, ils ont toujours fait preuve de bonnes relations de voisinage avec Israël». Le soutien logistique et médical des miliciens djihadistes protégés et soignés dans les hôpitaux israéliens a été documenté dans le passé par plusieurs journaux du Moyen-Orient.

Témoigne de cette coopération militaire bien établie la construction d'une base militaire dans le territoire saoudien dirigée par les troupes américaines et, pour la première fois, par l'armée israélienne. La base, qui a des systèmes de radar et de missiles sophistiqués, a été construite dans la région de Tabouk, dans le nord-ouest du royaume saoudien, et est devenue opérationnelle depuis novembre 2016. La nouvelle a été annoncée par le site israélien Hona et une parlementaire de la gauche sioniste du parti Meretz, Zahaava Gal-On s'est déclarée « désorientée par la décision prise par le Premier ministre Netanyahou parce qu'il placerait les officiels israéliens en première ligne contre les risques d'attaques terroristes des djihadistes en territoire saoudien «.

L'alliance entre ces deux pays apparaît donc de plus en plus forte et consolidée. Dans une perspective régionale, le plus préoccupant, en particulier pour la résistance libanaise et palestinienne, est le fait que la stabilisation des relations entre Israël et les puissances sunnites va permettre à Tel-Aviv de poursuivre tranquillement sa politique raciste et coloniale ou de frapper son ennemi avoué, le Hezbollah, sans trop de répercussions au niveau international. L'élection à Washington de Donald Trump, fidèle ami de Tel-Aviv, semble même soutenir la consolidation d'une telle alliance dans la lutte contre l'Iran. Les paroles menaçantes «je ne conseille à personne de nous provoquer ou nous tester» proférées par le ministre israélien de la Défense, le faucon et ultra-nationaliste Avigdor Lieberman, lors d'une visite à la frontière nord avec le Liban ne semblent malheureusement pas prononcées par hasard.

Source : Investig'Action

investigaction.net

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique
War 18/05/2017 9 min #128989

Syrie : Les raisons de l'hystérie américano-saoudienne

Par Nasser Kandil et Mouna Alno-Nakhal

D'après Nasser Kandil

Les dernières campagnes médiatiques et diplomatiques lancées par Washington et Riyad contre l'État syrien ne peuvent s'expliquer qu'en tant que réactions à une gifle douloureuse, mais inavouable.

En effet, lorsque l'État syrien reconquiert les bastions du Front al-Nosra dans différents quartiers de Damas, les États-Unis et l'Arabie saoudite l'accusent de procéder à un « changement démographique », faute de pouvoir continuer à soutenir ouvertement une organisation terroriste.

documentaires 19/05/2017 7 min #128992

Donald Trump en Arabie saoudite: L'adoubement de l'artisan du «Muslim Ban» par le pétromonarchies sunnites

Par René Naba

«Il est dangereux d'être ennemi de l'Amérique, mais il est deux fois plus dangereux d'être son ami». Dicton Arabe

Donald Trump effectue le 19 Mai 2017 une visite officielle en Arabie saoudite, son premier déplacement à l'étranger qui apparaît comme devant marquer l'adoubement de l'artisan du «Muslim Ban» par les pétromonarchies sunnites.

Business 19/05/2017 3 min #129026

110 Mds Usd pour des armes: le gendre de Trump conclut un accord avec l'Arabie saoudite

© REUTERS/ Kevin Lamarque

Le gendre du Président américain semble avoir la main verte en ce qui concerne les armes : le 1er mai, Jared Kushner accueillait une délégation de l'Arabie saoudite dans une salle dorée lorsqu'il a brusquement proposé : « Peut-être allons nous le faire aujourd'hui ? », faisant allusion à un gros accord sur les ventes d'armes, lit-on dans le New York Times qui cite des hauts fonctionnaires présents à cette rencontre.

Business 20/05/2017 4 min #129073

Ryad débourse 350 milliards de dollars sur 10 ans pour acheter des armes à Washington

© Jonathan Ernst Source: Reuters

A l'occasion du 1er déplacement de Donald Trump à l'étranger depuis qu'il est président, Ryad s'est lâché. Le Royaume a acheté immédiatement pour 110 milliards de dollars d'armements américains, partie d'un contrat de 350 milliards sur 10 ans.

Un responsable de la Maison Blanche a annoncé le 20 mai qu'un accord pour des ventes d'armes d'une valeur de 350 milliards de dollars (plus de 310 milliards d'euros) sur dix ans avait été signé avec l'Arabie saoudite.

documentaires 20/05/2017 9 min #129077

Pourquoi l'Arabie saoudite préfère payer une rançon à Trump plutôt que soutenir son propre peuple

Le président américain Donald Trump a rencontré le roi d'Arabie saoudite à Riyad - Crédit photo Jonathan Ernst /Reuters

Si l'Arabie saoudite avait soutenu l'organisation d'élections après le Printemps arabe plutôt que les contre-révolutions, le royaume ne serait pas contraint aujourd'hui de verser à Trump le prix du sang

Le prix d'une audience avec Donald Trump est élevé et continue de monter.

Monde 22/05/2017 3 articles 5 min #129094

De Téhéran à Tel-Aviv, le contrat d'armements entre Washington et Riyad fait grincer des dents

© Jonathan Ernst Source: Reuters

Un ministre iranien a suggéré que la rhétorique offensive de Donald Trump à l'égard de Téhéran était liée à la signature de méga-accords commerciaux avec Riyad. Pour sa part, Israël s'inquiète de la montée en puissance militaire de l'Arabie saoudite.

Le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a dénoncé le 21 mai dans un tweet les «attaques» formulées contre son pays par le président américain Donald Trump à Riyad, suggérant que celles-ci n'étaient pas sans lien avec la conclusion d'accords commerciaux historiques entre l'Arabie saoudite et les Etats-Unis, concernant notamment des équipements militaires.

Monde 22/05/2017 3 min #129109

À Riyad, Donald Trump parle du terrorisme, pas de l'islam

Contrairement à ce que rapportent les agences de presse occidentales et à ce qu'avait fait le président Obama en Égypte il y a huit ans, le président Donald Trump n'a pas prononcé de discours sur l'islam lors de son voyage en Arabie saoudite.

Rappelant que son voyage qui débutait en Arabie saoudite, terre des lieux saints de l'islam, se poursuivrait à Jérusalem, Bethléem et au Vatican, il a appelé à la pratique de la tolérance et du respect entre les trois religions abrahamiques.

Monde 22/05/2017 8 articles 6 min #129125

Washington et 55 pays musulmans officialisent une alliance antiterroriste sur une ligne anti-Iran

Source: Reuters

Les Etats-Unis et 55 pays majoritairement sunnites ont annoncé la création d'une alliance contre le terrorisme sous l'égide de Riyad et qui devrait réunir 34 000 soldats. L'Iran a dénoncé un accord qu'elle dit mû par des considérations financières.

La visite très médiatisée de Donald Trump en Arabie saoudite n'aura pas seulement permis la signature d'un colossal contrat d'armement entre Washington et Riyad, mais également celle d'un pacte entre les Etats-Unis et 55 pays musulmans.

USA 22/05/2017 4 min #129126

Grâce à Ivanka, Riyad et Dubaï alloueront 100 millions de $ au Fonds pour les femmes entrepreneurs

Source: Reuters

L'Arabie saoudite et les Emirats Arabes Unis ont promis d'octroyer une centaine de millions de dollars au Fonds pour les femmes entrepreneurs, créé à l'initiative d'Ivanka Trump.

A l'issue de la visite de Donald Trump en Arabie saoudite, Riyad et Dubaï ont annoncé leur intention de verser 100 millions de dollars au Fonds pour les femmes entrepreneurs. Un pas allant à l'encontre de la ligne politique de ces pays musulmans,souvent critiqués pour les interdictions dont sont l'objet leurs citoyennes.

documentaires 24/05/2017 3 min #129197

Missié T va en Orient Dessins sur le premier voyage présidentiel à l'étranger de Trump

Various Authors - مؤلفين مختلفين - Auteurs divers- AAVV

Le premier voyage présidentiel à l'étranger de Donald Trump a inspiré de nombreux dessinateurs à travers le monde. Voici un choix de dessins

cartoonmovement.com Accueil royal pour Trump en Saoudie, par Djamel Lounis

documentaires 26/05/2017 14 min #129303

États-Unis/arabie saoudite : des contrats d'armement qui menacent l'équilibre de la région

La signature de contrats d'armement pour plus de 300 milliards de dollars sur dix ans entre les États-Unis et l'Arabie saoudite est susceptible d'avoir un effet de dissuasion dans la région, mais cela prendra beaucoup de temps

Il est difficile mais nécessaire de comprendre les raisons pour lesquelles les États cherchent à se procurer des armes. Dans leur best-seller Strategy and Arms Control (1961), Thomas C.

documentaires 28/05/2017 11 min #129365

Donald Trump et les dirigeants saoudiens «flirtent avec la guerre dans la plus grande légèreté»

© Jonathan Ernst Source: Reuters

Au-delà des «contrats mirifiques» et des «fastes» de l'accueil du président américain à Riyad, l'ancien ambassadeur Michel Raimbaud décrit une rencontre qui renforce la «banalisation d'Israël» au Moyen-Orient et diabolise l'Iran, bête noire de Trump.

Michel Raimbaud est un ancien ambassadeur français, professeur au Centre d'études diplomatiques et stratégiques, officier de l'ordre national du Mérite, chevalier de la Légion d'honneur

USA 29/05/2017 8 min #129379

Abou Trump al-Amriki

Par Pepe Escobar

Harcelé chez lui dans une guerre sur plusieurs fronts (une « chasse aux sorcières ») menée par de puissantes factions de l'État profond, le président Trump, dans la première étape de son premier voyage à l'étranger, a atterri en grande pompe dans la pire des théocraties totalitaire.

Le régime réfute encore, en tant qu'État, toute implication dans le financement des groupes terroristes les plus extrémistes - sans, n'est-ce-pas, empêcher des Saoudiens pieux de les financer individuellement ; s'ingère dans la culture religieuse des musulmans sunnites à travers le monde et gèle toute possibilité de débat sur l'islam ; fomente une guerre ethnique-confessionnelle entre sunnites et chiites qui ensanglante le Moyen-Orient, dans le seul objectif d'affaiblir son rival géopolitique, l'Iran, tout en s'abritant benoîtement derrière la protection américaine.

Business 02/06/2017 5 min #129555

Riyadh explose le marché des armes !

Karim MOHSEN

Colossale, la boulimie pour les armes des Saoudiens qui viennent encore une fois d'exploser le marché des armes en faisant des emplettes de 110 milliards de dollars, au grand bonheur du complexe militaro-industriel étasunien. Le seul précédent de ce genre qui a marqué les esprits en 2010 a été l'achat par...l'Arabie saoudite, pour 90 milliards de dollars d'armes (60 milliards, avions, hélicoptères et armes en tous genres et 30 milliards, en option, pour la remise à niveau de la marine saoudienne).

War 05/06/2017 40 articles 2 min #129690

Urgent : crise diplomatique dans le monde musulman

Lundi 5 juin 2017, l'Arabie saoudite, le Bahreïn, l'Égypte et les Émirats arabes unis ont annoncé la rupture immédiate de leurs relations diplomatiques avec le Qatar, tandis que la Force commune arabe engagée au Yémen a exclu le Qatar de ses rangs.

L'Arabie saoudite, le Bahreïn et les Émirats arabes unis ont interdit tout contact terrestre, maritime et aérien avec le Qatar, ce qui rend le hub aérien de Doha largement impraticable.

documentaires 13/06/2017 28 min #130018

Arabie saoudite - Qatar La guerre des Frères ennemis du wahhabisme, une guerre de défausse.

Par René Naba

La guerre picrocholine des pétromonarchies apparaît comme une guerre des incendiaires du Golfe en vue de se défausser sur autrui de la dévastation de la planète que l'Arabie saoudite et le Qatar, les deux pays unique au Monde se réclamant du wahhabisme, ont infligé au reste du Monde, tant par la désagrégation programmée du Monde arabe que par le terrorisme anti occidental, du fait de leur rôle incubateur du djihadisme erratique planétaire.

Référencé par