21/04/2017 4 min francais.rt.com Daesh état islamique France attentat #127816

Que sait-on de l'attaque sur les Champs-Elysées contre les forces de l'ordre ?

© THOMAS SAMSON Source: AFP

Le soir du 20 avril, sur les Champs-Elysées de Paris, un homme a été abattu après avoir tué un policier lors d'une fusillade revendiquée par le groupe Etat islamique (EI). L'assaillant, fiché S, était visé par une enquête antiterroriste.

A trois jours du premier tour de l'élection présidentielle française, le 20 avril, un policier a été tué et deux autres blessés, lors d'une fusillade survenue sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris aux alentours de 21h. L'auteur de l'attaque a été abattu.

Une touriste a également été légèrement blessée par balle, a confié une source policière. Elle aurait reçu «un éclat dans le genou».

#Paris : un homme ouvre le feu aux #ChampsElysees, un hélicoptère survole la zone
+ D'INFOS : t.co pic.twitter.com/DWUtZWocby

RT France [(@RTenfrancais)] 20 avril 2017

«L'agresseur est arrivé en voiture, est sorti. Il a ouvert le feu sur le car de police à l'arme automatique, a tué l'un des policiers et à essayé de s'en prendre aux autres en courant», a rapporté une source policière.

La #voiture utilisée par l'assaillant présumé de l'attaque des #ChampsElysees est examinée par les autorités (IMAGE) t.co pic.twitter.com/SX6Cqu8ZRG

RT France [(@RTenfrancais)] 20 avril 2017

Une attaque «terroriste», revendiquée par Daesh

Lors d'une intervention vers 23h30, François Hollande s'est dit «convaincu» que la fusillade était «d'ordre terroriste», promettant d'être d'une «vigilance absolue» pour sécuriser l'élection présidentielle, dont le premier tour se tient le 23 avril.

Le chef de l'Etat, qui s'exprimait depuis l'Elysée après une réunion avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve et le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl, a annoncé qu'il réunirait le 21 avril un conseil de défense et qu'un «hommage national» serait rendu au policier tué.

La classe politique française réagit à chaud à la fusillade #ChampsElysees t.co pic.twitter.com/dh3shorfSM

RT France [(@RTenfrancais)] 20 avril 2017

Par la suite, le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué la fusillade, dans un communiqué publié par son organe de propagande Amaq. «L'auteur de l'attaque des Champs-Elysées dans le centre de Paris est Abu Youssef le Belge, et c'est un des combattants de l'Etat islamique», a déclaré l'organisation terroriste.

L'assaillant était fiché S

L'assaillant présumé à l'origine de la fusillade (qui a été abattu) était visé par une enquête antiterroriste pour avoir manifesté son intention de tuer des policiers, ont fait savoir des sources proches de l'enquête. Selon une source policière citée par Reuters, l'homme était fiché S.

Une perquisition était en cours le soir du 20 avril en Seine-et-Marne au domicile de cet homme. Il s'agit du titulaire de la carte grise du véhicule utilisé pour l'attaque.

«L'identité de l'attaquant est connue et a été vérifiée», a annoncé dans la soirée le procureur de la République de Paris, François Molins, tout en refusant de donner son nom, en raison des nécessités de l'enquête.

Une enquête ouverte

La section antiterroriste du parquet de Paris s'est saisie de l'enquête sur la fusillade, a annoncé le parquet dans la soirée du 20 avril.

Cette enquête en flagrance a été confiée à la Section antiterroriste (SAT) de la Brigade criminelle et la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a précisé le parquet.

Lire aussi : Paris : Les premières images après des coups de feu sur les Champs-Elysées

francais.rt.com

 commentaire