Les grévistes de la faim palestiniens sont maintenant 2.000

18/04/2017 3 min europalestine.com  grève de la faim torture  Marwan Barghouti #127641

Près de 2.000 prisonniers politiques palestiniens étaient entrés lundi en grève de la faim, tandis que les autorités israéliennes ont pris une série de mesures punitives pour tenter d'étouffer le mouvement, rapporte l'agence Ma'an.

(Karim Yunis : le vétéran des prisonniers palestiniens se joint à la grève de la faim)

Le comité palestinien de soutien aux prisonniers a notamment indiqué que plusieurs des détenus parmi les plus en vue, dont Marwan Barghouti, avaient étaient placés à l'isolement et changés de lieu de détention, après confiscation de tous leurs effets personnels.

Marwan Barghouti et Karim Yunis le vétéran des prisonniers palestiniens, détenu depuis 1983, ont notamment été transférés de la prison de Hadarim à celle de Jalama.

Ces deux établissements pénitentiaires sont situés en Israël, ce qui représente l'une des innombrables violations de la Convention de Genève, qui interdit à une puissance occupante de transférer un détenu du territoire occupé sur son propre territoire.

S'agissant de Marwan Barghouti, l'administration pénitentiaire a avoué que la mesure était une vengeance après que le leader palestinien a réussi à faire publier un article sur la grève de la faim dans le New York Times, donnant ainsi au mouvement de protestation un retentissement médiatique mondial.

Parallèlement, le ministre israélien de la « sécurité publique », le fasciste Gilad Erdan, a annoncé la création en urgence d'un « hôpital » dans la prison de Ktziot.

Cette mesure est destinée à empêcher le transfert de détenus dans des hôpitaux civils, où les médecins ont à ce jour fait savoir, que conformément à l'éthique médicale mondiale, ils refuseraient de nourrir de force des prisonniers en grève de la faim.

L'alimentation forcée de prisonniers a été récemment déclarée « légale » par la Cour suprême israélienne, cette institution qui, comme on le sait, a déjà à son actif la légalisation de la torture d'êtres humains.

Et selon l'association de soutien aux prisonniers Samidoun, il est fort probable que la création de cet « hôpital » à Ktziot s'inscrive précisément dans un plan d'alimentation forcée.

Lancée par le Fatah, parti auquel appartient Marwan Barghouti, la grève de la faim a été approuvée par les autres partis politiques palestiniens, que ce soit le FPLP, le Hamas, ou le parti du Djihad Islamique.

CAPJPO-EuroPalestine

europalestine.com

 commentaire