18/04/2017 5 min europalestine.com grève de la faim occupation Droits de l'Homme Marwan Barghouti Hamas #127637

Plus d'un millier de prisonniers palestiniens entament ce lundi une grève de la faim !

Une initiative historique, puisqu'elle réunit des résistants de toutes les tendances politiques pour "la liberté et la dignité" et vise à alerter le monde sur la barbarie de l'occupation, de ses emprisonnements massifs d'hommes, de femmes et d'enfants depuis des dizaines d'années, et sur les procédés inhumains employés pour démoraliser tout un peuple et le déshumaniser.

Du Fatah au Hamas, en passant par le FPLP, le Jihad islamique et le PPSF se sont prononcé pour le lancement de cette grève de la faim, proposée par Marwan Barghouti, et tous nous appellent à les soutenir par tous les moyens dans cette épreuve très dure.

Les prisonniers politiques palestiniens font également appel aux organisations internationales et à tous les gouvernements qui sont signataires de la 4ème Convention de Genève pour qu'ils obligent Israel à la respecter, ainsi que toutes celles régissant les droits de prisonniers.

Dans un communiqué du 16 avril, la Branche Prison du FPLP (Front Populaire de Libération de la Palestine) "salue le courage de tous les prisonniers, dont les dirigeants : Ahmad Sa'adat, Marwan Barghouthi, Hassan Salameh, Wajdi Jawdat, Anas Jaradat, Bassam Kandaji et la longue lignée des dirigeants qui représentent la lutte nationale et la cause des prisonniers."

"Dans ce contexte, souligne-t-il, nous affirmons que nous sommes main dans la main et épaule contre épaule dans toute lutte menée par les prisonniers, et nous considérons la décision de nous engager dans la bataille de la dignité et l'honneur contre le geôlier, prenant effet le lundi 17 avril, Journée des Prisonniers Palestiniens 2017,comme une décision que nous soutenons et où nous participerons."

Ainsi, nous appelons tout le peuple palestinien et nos partisans et amis partout au monde à se tenir côte à côte avec les prisonniers dans leurs batailles continues à l'intérieur des prisons(...)
Nous appelons également toutes les institutions des droits de l'homme, humanitaires et médiatiques à soutenir nos prisonniers afin d'élaborer un programme national unifié à tous les niveaux pour des résultats plus efficaces.

Pour rappel, Israel enferme les Palestiniens, de manière illégale et cruelle, dans une dizaine de prisons où les droits fondamentaux des prisonniers sont bafoués, sans parler de la détention "administrative (sans inculpation, ni jugement, et pour des durées illimitées) ou encore de la torture infligées systématiquement lors des arrestations, des interrogatoires et à l'intérieur des prisons. Tortures qui ont causé la mort de 103 Palestiniens à ce jour.

Tortures physiques et psychologiques qui vont de l'imposition de cagoules provoquant des troubles de respiration, des coups de pieds et des coups de poing, de la privation de sommeil, isolement dans des endroits exigus, exposition a des très haute ou très basse température, les fouilles à nu en pleine nuit dans les cellules, l'obligation d'embrasser les chausseurs de soldats ou encore les menaces de viol du prisonnier ou d'un membre de sa famille.

Les tortures s'exercent également sur les familles des prisonniers, dont Israel démolit régulièrement les maisons, ou encore en ne restituant pas les corps des victimes palestiniennes, mortes en prison ou assassinés en Palestine occupée.

Dans la prison d' Ashkelon, par exemple, deux rangées de soldats accompagnent les nouveaux prisonniers tout le long de la prison avec des coups de matraque.

La prison de Nafha où se trouvent la plupart des leaders palestiniens, tenus à l'écart des autres prisonniers, impose des conditions tellement dures que deux Palestiniens y sont morts au cours d'une grève de la faim en 1980.

Dans la prison de Aoufar, complètement coupée de monde extérieur, les prisonniers souffrent notamment de manque de nourriture et de vêtements.

Et partout, les punitions, le confinement solitaire, la privation de visites familiales, de soins, et la brutalité de l'administration pénitentiaire qui non seulement dénie à ces femmes et ces hommes le statut de prisonniers politique, mais leur interdit de faire des études.

On chiffre à 800 000 le nombre de Palestiniens incarcérés à un moment ou à un autre dans des geôles de l'occupant depuis 1967. Il y en a actuellement environ 7000 dont 300 mineurs et 73 femmes.

Parmi celles-ci, hommage à Lena Jarbouni libérée ce dimanche après 15 ans de prison pour avoir hébergé chez elle des résistants palestiniens.

Certains sont condamnés, comme Abdallah Albargouthi à 67 fois à la perpétuité, ou Ibrahim Djamil Hamed à 57 perpétuités. D'autres prisonniers ont été condamnés à 48 perpétuités plus 20 ans ! Les neuf sentences les plus longue de l'histoire pénitentiaires sont toutes contre des palestiniens dans les prisons israéliennes.

Les seules moyen de résistance dont disposent les Palestiniens sont la grève de la faim, au péril de leur vie, ou la capture de soldats israéliens pour les échanger contre des prisonniers palestiniens, comme ce fut le cas pour le soldat Gilad Shalit.

Mais c'est aussi la pression internationale (celle qui a permis à Mandela de sortir de prison au bout de 27 ans !) qui peut changer la donne !

(Traduit par CAPJPO-EuroPalestine)

Sources : Addameer, Man News Agency, FPLP

CAPJPO-EuroPalestine

europalestine.com

 commentaire