Journée internationale de soutien aux prisonniers palestiniens - Liberté pour tous les prisonniers palestiniens - Liberté pour Georges Ibrahim Abdallah

13/04/2017 5 min ism-france.org  colonialisme détention administrative oppression apartheid  droit au retour  solidarité  Georges Abdallah #127443

Par Coup pour Coup 31

Rassemblement à Toulouse le lundi 17 avril 2017 à 16h, Square Charles De Gaulle (Métro Capitole) - « Il n'y aura pas de paix tant que le dernier prisonnier n'aura pas été libéré. » Ahmad Saadat, secrétaire général du FPLP.

Chaque année, le 17 avril marque la Journée des Prisonnier.e.s palestinien.ne.s. Cette journée internationale est une occasion de rendre hommage aux hommes et aux femmes enfermés par milliers pour avoir combattu l'apartheid, l'occupation, le colonialisme et le nettoyage ethnique du peuple palestinien. Leur lutte pour la libération nationale est réprimée par l'Etat sioniste et ses partisans internationaux par tous les moyens possibles. L'enfermement, la torture, l'humiliation, l'intimidation des familles et l'interdiction des visites sont des pratiques utilisées pour tenter d'étouffer le mouvement d'une Palestine libre.

L'emprisonnement des Palestinien.ne.s influe non seulement sur les prisonniers, mais aussi sur leurs familles, surtout les femmes. Lorsqu'une personne est emprisonnée, c'est la famille entière qui est également emprisonnée : partageant des difficultés économiques, faisant des heures d'attente pour les visites et les procès.

Presque toutes les familles en Palestine occupée ont au moins un membre qui est passé par les prisons israéliennes. La prison a donc une place centrale dans la vie et la résistance palestinienne.

Nous devons intensifier le mouvement de solidarité internationale ce jour-là pour rendre visible la résistance contre l'occupation israélienne ! Les prisonniers palestiniens ont toujours joué un rôle de premier plan, non seulement en se battant pour leur libération, mais en tant que dirigeants du mouvement de libération nationale palestinienne, organisant et luttant derrière les barreaux des prisons. Par exemple, en 2016, le mouvement des prisonniers et une mobilisation internationale ont permis de libérer Bilal Kayed de la détention administrative - emprisonnement sans inculpation ni procès - après avoir purgé sa peine de 14 ans et demi dans une prison israélienne.

Les prisonnier.e.s palestinien.ne.s représentent la résistance de ceux qui font face à l'oppression de l'Etat sioniste. Si nous défendons la Palestine, nous devons défendre ses libérateurs, pour ceux qui organisent la résistance : les prisonnier.e.s palestinien.ne.s. 7000 sont détenu.e.s en captivité, dont 300 enfants, et un nombre important d'étudiants.

Parmi les étudiants emprisonnés, Kifah Quzmar, arrêté par les forces d'occupation israéliennes le 7 mars. Il était alors soumis à un interrogatoire pendant 20 jours. Il est maintenant emprisonné sans inculpation ni procès aux côtés de centaines de Palestinien.ne.s sous « détention administrative ».

Parmi les prisonniers palestiniens, il y a également les principaux dirigeants politiques du peuple palestinien, comme Ahmad Sa'adat, secrétaire général du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (FPLP). Il a été initialement emprisonné par l'Autorité Palestinienne en 2002, sous garde américaine et britannique, avant que la prison elle-même ne soit attaquée par les forces d'occupation israéliennes et Sa'adat et ses camarades ne soient enlevés. Il est captif dans les prisons israéliennes depuis 2006.

Georges Ibrahim Abdallah, combattant communiste libanais luttant pour la libération palestinienne, est détenu dans les prisons françaises depuis 32 ans et libérable depuis 1999, mais le gouvernement français refuse vigoureusement de le libérer. Il doit être considéré comme un prisonnier palestinien aussi - un résistant emprisonné pour son implication dans la résistance palestinienne.

Lors de cette journée internationale de mobilisation, nous demandons :

* La libération de tous les 7000 prisonnier.e.s palestinien.ne.s, dont environ 550 détenus en détention administrative et 456 condamnés pour plus de 20 ans
* La levée immédiate du blocus à Gaza
* La fin de l'occupation, de la colonisation et du nettoyage ethnique
* Le droit au retour pour tous les réfugié.e.s palestinien.ne.s
* La libération immédiate de Georges Abdallah.

Signataires :
Réseau de solidarité des prisonniers palestiniens Samidoun, Coup Pour Coup 31.

A Toulouse, Coup pour Coup appelle à se rassembler autour d'une table d'information, le lundi 17 avril 2017 au square Charles De Gaulle à partir de 16h.

Soyons nombreux et nombreuses pour montrer notre soutien aux résistant.e.s palestinien.e.s !

La solidarité est notre arme !
Palestine vivra, Palestine vaincra !

Source : Coup pour Coup 31

ism-france.org

 commentaire