Au moins 48 morts dans l'effondrement d'une montagne d'ordures en Ethiopie

13/03/2017 3 articles 3 min francais.rt.com  tragédie  Ethiopie 126178

Les victimes, principalement des femmes et des enfants, font partie des nombreuses personnes vivant dans cette immense décharge à ciel ouvert. Le gouvernement affirme qu'il avait déployé un plan de relogement avant la catastrophe.

Pas moins de 48 personnes, majoritairement des femmes et des enfants, ont perdu la vie lors de l'éboulement d'une montagne d'ordures à proximité de la capitale Addis-Abeba le 11 mars. De nombreuses maisons de fortune installées dans ce qui est devenu l'un des plus grands bidonvilles du pays ont été emportées et plusieurs personnes sont portées disparues.

© Zacharias Abubeker / AFP Source: AFP

La décharge était habitée de nombreuses familles pauvres

Selon le maire de la ville, Diriba Kuma, le nombre de personnes présentes sur les lieux lors de la tragédie est estimé à 150. 37 personnes ont été blessées et transférées vers les hôpitaux de la ville pour y recevoir des soins. Les secours poursuivent les recherches d'autres victimes ensevelies. Ce sont, pour la plupart, des habitants du bidonville qui étaient en train de fouiller l'amoncellement d'ordures lorsque celui-ci s'est effondré.

© ZACHARIAS ABUBEKER / AFP

L'éboulement s'est produit dimanche 12 mars dans l'après-midi

Les causes du déclenchement de l'éboulement ne sont pas encore élucidées. Néanmoins, plusieurs témoins interrogés par Euronews estiment que la reprise des dépôts d'ordure pourrait en être responsable. «Nous avions demandé à ce que les ordures ne soient plus déposées au sommet de la montagne : je crois que la décision des autorités de la ville de recommencer à y déverser des ordures, il y a plusieurs mois, est la raison principale de cet accident» déclare ainsi un habitant du bidonville.

On ignore si de nouveaux éboulements sont susceptibles de se produire prochainement. Le monticule ayant sans doute été déstabilisé par l'incident du 11 mars, cette hypothèse est loin d'être improbable.

Interrogé par CNN, le ministre éthiopien de la Communication, Negeri Lencho, a évoqué un «triste événement» tout en assurant que son gouvernement avait déjà entamé un plan de relogement des habitants du bidonville avant que la catastrophe n'ait lieu. L'immense décharge à ciel ouvert devrait par ailleurs être transformée en usine de recyclage permettant de produire 25 mégawattheures.

Les décharges, recelant de nombreux déchets parfois toxiques, sont assez souvent l'unique moyen de subsistance des familles les plus pauvres en Ethiopie ainsi que dans plusieurs autres pays d'Afrique. De nombreuses personnes risquent leur vie sur ces hauts amoncellements de déchets à la recherche d'objets pouvant avoir de la valeur. Régulièrement en proie à des troubles politiques, l'Ethiopie se classe toujours parmi les pays les plus pauvres du monde et doit affronter des épisodes de sécheresse et de pénuries assez fréquents.

Lire aussi : Le «miracle» éthiopien est-il menacé par un nouvel embrasement ethnique ?

francais.rt.com

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique

Drame de la décharge éthiopienne : les chiffonniers avaient été oubliés

documentaires 16/03/2017 6 min reporterre.net  Ethiopie  environnement drame 126298

Samedi 11 mars, une partie de la montagne de déchets d'une décharge de la capitale éthiopienne s'est effondrée, tuant plus de 70 personnes et en blessant des dizaines d'autres. Des travaux de terrassement étaient en cours dans le cadre d'une réhabilitation du site à laquelle les chiffonniers habitant les lieux et travaillant sur place n'ont pas été associés.

La décharge de Koshe, à Addis-Abeba, est une montagne de déchets accumulés depuis des décennies sur 30 hectares, dans le sud-ouest de la capitale éthiopienne.

Éboulement meurtrier en Éthiopie : le « modèle français » de gestion des déchets en question

documentaires 20/03/2017 5 min mondialisation.ca  Olivier Petitjean  Ethiopie  drame environnement 126444

Par Olivier Petitjean

Un éboulement dans une décharge d'Addis Abeba, la capitale éthiopienne, a fait au moins 113 morts, pour la plupart des femmes et des enfants gagnant leur vie à fouiller les déchets. L'Agence française de développement était pourtant présente sur place depuis 2007, et y a accordé de généraux financements à des firmes tricolores, dont Vinci.