Le Parlement élargit encore les dispositions répressives et les pouvoirs de la police

08/02/2017 29 articles 10 min reporterre.net  surveillance violences policières violence Droits de l'Homme  état d'urgence #124693

L'Assemblée nationale examine jusqu'au 9 février une nouvelle loi de sécurité publique. Elle étend la protection des policiers, en particulier dans leur utilisation de la légitime défense. Les députés la soutiennent, malgré les extrêmes violences policières survenues à Aulnay-sous-Bois.

L'empilement de lois sécuritaires connaît une nouvelle couche. Surveiller et punir, énième loi. Le Parlement examine du 7 au 9 février, en procédure accélérée, le « projet de loi relatif à la sécurité publique no 263 » déjà amendé par le Sénat. Le texte prévoit de protéger davantage les policiers en situation dite de légitime défense, mais il élargit aussi la notion et comporte d'autres dispositions inquiétantes. La loi prévoit ainsi de doubler les peines pour outrage aux forces de l'ordre, rébellion et refus d'obtempérer, qui passeraient de six mois à un an d'emprisonnement et de 7.500 à 15.000 euros d'amende. La loi autoriserait l'anonymat des enquêteurs dans les procédures les plus graves. La nouvelle loi prévoit aussi un cadrage de la « filière privée » de vigiles armés.

Durant les débats de mardi, le ministre de l'Intérieur, Bruno Leroux, a rendu un hommage appuyé aux forces de l'ordre tout comme Yves Goasdoué, rapporteur de la Commission des lois, en demandant « soutien, respect et considération ». La figure rhétorique obligée est aussi conjoncturelle, venant après des manifestations répétées de policiers pendant plus de dix jours consécutifs, parfois de nuit.

Le silence poli a accueilli l'avis au Parlement préalable du Défenseur des droits (et ancien garde des Sceaux de 1995 à 1997) Jacques Toubon, pour qui cette « loi n'est pas le moyen adapté. Elle ne peut être utilisée uniquement comme un outil de management et les outils affichés ne peuvent justifier la modification d'une notion aussi essentielle que la légitime défense ». Il considère que le texte « complexifie le régime juridique de l'usage des armes en donnant le sentiment d'une plus grande liberté pour les forces de l'ordre, au risque d'augmenter leur utilisation, alors que les cas prévus sont déjà couverts » par les textes actuels.

« Donner satisfaction à certaines revendications policières exprimées lors du mouvement de l'automne »

Le texte de loi prévoit donc la possibilité pour des policiers d'ouvrir le feu après deux sommations lorsqu'ils seraient agressés ou menacés par une personne armée ou auraient l'impression qu'un individu puisse passer à l'acte. Idem pour tirer à balles réelles afin de défendre une zone ou d'arrêter un véhicule. Ils pourront aussi dégainer et tirer pour « arrêter des personnes qui cherchent à échapper à leur garde et sont susceptibles de perpétrer, dans leur fuite, des atteintes à leur vie ou à celles d'autrui ». La notion récemment inventée par les syndicats de police de « présomption de légitime défense » a fait son chemin.

Le député PS Pouria Amirshahi a déposé une motion de rejet, qui a été... rejetée.

Dans ses critiques au projet de loi, le Syndicat de la magistrature évoque « la prétendue nécessité que les forces de police et de gendarmerie soient "juridiquement plus assurées" dans le maniement de leurs armes et mieux "protégées" à l'occasion des procédures pénales ». Il souligne également : « Présenté en toute fin de législature dans le cadre d'une procédure d'urgence qui interdit un débat apaisé, ce projet a pour unique vocation de donner satisfaction à certaines revendications policières exprimées lors du mouvement de l'automne. »

Ces nouvelles mesures apparaissent comme une réponse rapide aux revendications des policiers dans la rue à l'automne dernier, lors de manifestations sauvages, hors cadre syndical, après l'attaque au cocktail Molotov de quatre d'entre eux le 8 octobre à Viry-Châtillon (Essonne).

Mais la conjonction d'événements d'actualité et d'initiatives législatives voudrait occulter le dernier épisode connu, peu glorieux pour les forces de l'ordre. À Aulnay-sous-Bois, l'arrestation le 2 février dernier d'un homme de 22 ans, Théo, passé à tabac et violé avec une matraque lors d'un contrôle dans la rue a quand même conduit à mettre en examen les quatre policiers impliqués pour « violences volontaires avec arme par personnes dépositaires de l'autorité publique », dont l'un « pour viol, malgré la tentative du parquet de sous-qualifier les faits. Néanmoins, ils ont tous été laissés en liberté » souligne la Ligue des droits de l'homme.

« La tendance à l'affaiblissement judiciaire, le renforcement des pouvoirs policiers et le recul des libertés individuelles »

Ce texte est présenté aux députés dans une période où l'équilibre des pouvoirs entre police et contrôle judiciaire a déjà été sérieusement mis à mal. L'état d'urgence permet en effet des perquisitions, arrestations, assignations à résidence sans intervention d'un magistrat. Des mesures dites « administratives », euphémisme pour signifier qu'elles sont sous l'autorité du ministre de l'Intérieur et donc du gouvernement, sans recours ni procédure contradictoire permettant aux personnes mises en cause de faire valoir leurs droits devant un magistrat.

Pour le député PS Pouria Amirshahi, qui a déposé une motion de rejet, « on ne peut défaire le texte de son contexte. Il est proposé en plein état d'urgence, qui est en théorie une procédure d'exception et qui donne déjà des prérogatives exorbitantes à la police. C'est là un signe fort et inquiétant. On ne se contente pas de l'état d'urgence, on renforce les droits d'action des policiers, qui sont pourtant déjà bien pourvus. La dernière loi pénale avait déjà élargi les pouvoirs policiers, retenue de quatre heures sans avocat, perquisitions de nuit notamment. Aujourd'hui, devant l'échec de la constitutionnalisation de l'état d'urgence, l'attirail mis en place par Sarkozy voit son renforcement effectué avant la fin du mandat de Hollande, avec la tendance à l'affaiblissement judiciaire, le renforcement des pouvoirs policiers et le recul des libertés individuelles ».

À l'Assemblée, Colette Capdevielle, députée socialiste, s'est dite « choquée » par le terme « tir à vue » utilisé par son collègue Pouria Amirshahi. La motion de rejet qu'a déposée le député socialiste a d'ailleurs subi un tir de barrage des groupes UDI, PS et LR. La motion de rejet a donc été facilement rejetée.

Pouria Amirshahi déplore « l'empressement avec lequel ont été épousées les thèses néoconservatrices. Certains députés regardent même l'évolution avec une certaine désinvolture, considérant comme secondaires les sécurités publiques vis-à-vis de la protection des policiers. Après la mort de Rémi Fraisse à Sivens et plus récemment l'affaire Théo à Aulnay-sous-Bois, il est plus que nécessaire de ne pas laisser s'installer le silence assourdissant. C'est comme allumer des bougies dans un tunnel ».

« Il faut revoir le code de déontologie mis en place par Valls, et revenir à une formation digne de ce nom »

Pour Pouria Amirshahi, « on peut comprendre que les policiers aient besoin de se sentir en sécurité s'ils ont parfois peur, mais on ne peut pas admettre qu'on légalise par avance les fautes professionnelles, les pertes de contrôle. Aujourd'hui, le refus du tutoiement, le discernement et la maîtrise des policiers restent très relatifs. Il faut revoir le code de déontologie mis en place par Valls, et revenir à une formation digne de ce nom. C'est d'autant plus inquiétant quand on sait que la moitié des policiers sont supposés pencher et voter pour le Front national... »

Extrait de la vidéo des violences perpétrées à l'encontre de Théo, à Aulnay-sous-Bois.

En matière de légitime défense, le Syndicat de la magistrature a publié un réquisitoire très documenté de vingt pages. « Si le projet limite cette faculté à la stricte nécessité et aux cas où la personne à protéger est exposée à un risque exceptionnel d'atteinte à sa vie, il est à craindre que par touches successives, les cas d'armement soient plus ouverts et que des agents privés de surveillance finissent par être armés en masse sans disposer de la formation et de la déontologie correspondantes », note le SM. Sur la légitime défense, le nouveau texte créerait un « cas d'exonération pénale implicite » pour les policiers. On lira également dans le texte du Syndicat de la magistrature que le cadrage juridique existe déjà dans le Code pénal et qu'il est bien balisé par les jurisprudences françaises ou européennes, qui « ont considérablement unifié le droit, notamment en exigeant, quel que soit le cas de recours aux armes, que soient réunis les critères d'absolue nécessité et de proportionnalité ».

Concernant la « défense d'un terrain occupé par les forces de l'ordre, les postes ou les personnes qui leur sont confiés » et leur permettant de tirer à balle réelle après deux sommations, elle pourrait concerner une « attaque de commissariat » mais sans préciser de quel type. Va-t-on vers une autorisation de tuer des manifestants en colère hurlant contre la porte d'un commissariat ? Et ce, sans qu'il soit besoin de justifier d'une menace à la vie des policiers ou à leur intégrité physique (risque de blessure). Le principe de proportionnalité des moyens de riposte disparaîtrait, coiffé par un droit à dégainer après deux sommations. Ce cas de défense d'une zone « créé par la loi est, selon l'interprétation que l'on en a, soit inacceptable, soit inutile, et n'établit pas clairement ce que la loi autorise précisément ».

« Aucun texte ne remplacera une formation adéquate et effective »

La légitime défense s'étend dans le texte aux personnes « prenant la fuite ou forçant un barrage », élargi par le Sénat aux hypothèses en retenant la condition de « raisons réelles et objectives d'estimer probable la perpétration... ». En gros, la base d'une seule probabilité.

« Aucun texte, fût-il rédigé avec la plus grande des précisions, ne remplacera une formation adéquate et effective. La prétention à apporter plus d'"assurance juridique" est au demeurant largement illusoire. » Estimer le niveau de proportionnalité et d'absolue nécessité est un acte complexe, instantané et à réaliser en toute urgence, qu'aucun texte ne cadrera mieux qu'une formation scrupuleuse, note le Syndicat de la magistrature.

Source : Nicolas de La Casinière pour Reporterre

Photos :
chapô : Un policier lors d'une manifestation contre la loi Travail, le 14 avril 2016. Sa matraque porte une tête de mort, emblème de The Punisher (le « punisseur »), un personnage de comics. © Geoffrey Clément
Pouria Amirshahi : Capture de la vidéo de son intervention à l'Assemblée nationale, le 7 février 2017.

reporterre.net

 commentaire

articles affiliés ordre chronologique

Négrophobie: la prochaine fois, le feu !

documentaires 08/02/2017 20 min arretsurinfo.ch  discrimination racisme médiatique partialité immigration xénophobie  Adama Traoré #124696

Capture d'écran BFM

Parfois, la vie se charge de cimenter ce que vous tentez d'exprimer depuis des années. Sans subtilité. Avec violence et célérité. Pour avoir animé 3 débats autour de la lutte contre la négrophobie, le week-end dernier au Bozar de Bruxelles (1 ), je ne m'attendais pas à voir l'actu franco-belge supplanter à ce point la pertinence de nos échanges...

Des émeutes éclatent après qu'un jeune ait été sexuellement agressé par la police à Aulnay-sous-bois

Monde 08/02/2017 5 articles 7 min mondialisation.ca  Kumaran Ira  agression violence réactionnaire brutalité violences policières  France  état d'urgence #124727

Par Kumaran Ira

Des émeutes ont éclaté samedi soir dans un quartier défavorisé d'Aulnay-sous-Bois, dans la banlieue nord-est de Paris, pour protester contre la brutalité policière. Quatre officiers ont été accusés d'avoir utilisé une violence excessive et d'avoir violé Théo, un jeune innocent de 22 ans, avec une matraque de police.

En France, moins de 2% des affaires de viols aboutissent à une condamnation en cour d'assises

Justice 09/02/2017 12 min bastamag.net  injustice agression violence #124758

Malgré la réprobation dont le viol semble faire l'objet, ce crime reste très peu puni en France. Peu de victimes portent plainte, et la majorité des affaires ouvertes sont ensuite classées. Alors que le viol est passible des assises, la plupart des dossiers aboutissent au tribunal correctionnel pour « agression sexuelle », quand le chef d'accusation n'est pas requalifié en « violences volontaires » comme c'est le cas dans l'affaire d'Aulnay-sous-Bois.

Théo e gli altri, ovvero il razzismo istituzionale in Francia

Justice 12/02/2017 9 min tlaxcala-int.org  violence répression  France #124895

Annamaria Rivera

Quella dei controlli d'identità au faciès, come si dice nell'Esagono, cioè secondo il "colore”, le sembianze, l'aspetto esteriore, il modo di abbigliarsi, l'origine nazionale o la fede religiosa presunte, è una prassi poliziesca francese (e non solo) così consolidata, abituale, sistematica da reggere a condanne di tribunali, mobilitazioni della società civile, richiami di organismi internazionali, rapporti e inchieste, anche della stessa Unione europea.

Théo et les autres, ou le racisme institutionnel en France

Justice 13/02/2017 10 min tlaxcala-int.org  violences policières impunité racisme #124957

Annamaria Rivera

La pratique du contrôle d'identité au faciès, comme on dit dans l'Hexagone, c'est-à-dire en fonction de la "couleur", l'apparence, l'aspect extérieur, la façon de se vêtir, l' origine nationale ou la foi religieuse présumée, est une des pratiques policières françaises (et autres) si enracinée, coutumière et systématique qu'elle a résisté jusqu'ici aux condamnations de tribunaux, aux mobilisations de la société civile, aux appels des organisations internationales, aux rapports et enquêtes, même de l'Union européenne.

Incendies, blessures, abribus saccagés: les violences prennent de l'ampleur en France

Monde 13/02/2017 3 articles 4 min fr.sputniknews.com  émeutes violence  France #124962

© Sputnik.

Juste après le déclenchement des violences faisant suite aux manifestations en soutien au jeune Théo à Bobigny, de nouvelles violences urbaines ont éclaté dans plusieurs communes parisiennes dont Argenteuil, Clichy-sous-Bois, Nanterre, Drancy et Les Ulis, envahissant au total 11 villes. La situation risque de dégénérer en désastre.

« Affaire Théo » : les violences et sévices sexuels perpétrés par des policiers sont-ils exceptionnels ?

documentaires 14/02/2017 14 min bastamag.net  outrage sociologie violence violences policières humiliation impunité discrimination #125013

Le « viol avec matraque » dont est accusé un policier sur Théo L., un jeune aulnaysien de 22 ans, a suscité la réprobation de toute la classe politique, mise à part l'extrême-droite. Si elles demeurent rares, les violences avec sévices sexuels perpétrées par des policiers ne sont malheureusement pas exceptionnelles. La France a déjà été condamnée à deux reprises par la Cour européenne des droits de l'homme pour de tels faits.

«Police violeurs, assassins !» : une Albertivillarienne interpelle François Hollande (video)

Justice 14/02/2017 3 min francais.rt.com  violence #125017

Source: Reuters

Alors qu'il se déplaçait le 14 février à Aubervilliers, le président de la République a été interpellé par une habitante qui a réclamé «justice pour Théo». La ville est en proie à des violences depuis l'arrestation brutale du jeune homme.

«Police, violeurs, assassins !», «Justice pour Théo !», une voix s'est élevée fort en direction du cortège présidentielle qui arpentait les rues d'Aubervilliers le 14 février.

Théo et Naithy ou l'ardeur d'avance négrophobe des médias belges

médias 16/02/2017 10 min investigaction.net  violence racisme violences policières médiatique incompétence censure  France #125104

Article de : Olivier Mukuna

En Hexagone, l'affaire du viol policier perpétré contre Théo est devenue, en 4 jours, un dossier politico-médiatique national, emblématique de la négrophobie et des violences policières systémiques. En Belgique, l'agression au couteau de Naithy Nelson par un chauffeur de bus de la société De Lijn a donné lieu à...

Adoption définitive au Sénat du projet de loi de sécurité publique

Justice 16/02/2017 3 min francais.rt.com  conseil constitutionnel #125129

© Eric Gaillard Source: Reuters

Le Sénat a définitivement approuvé le 16 février le projet de loi de sécurité publique, qui assouplit les règles de légitime défense pour les policiers, durcit les peines pour outrage aux forces de l'ordre et autorise l'anonymat des enquêteurs.

Les sénateurs ont largement voté à main levée le projet de loi de sécurité publique en dernière lecture, le 16 février, comme l'avaient fait la veille les députés.

« Police « républicaine » et quartiers populaires : l'état d'exception permanent » , par Olivier Le Cour Grandmaison

documentaires 16/02/2017 9 min europalestine.com  Olivier Le Cour Grandmaison  violences policières duplicité bavure impunité  état d'urgence #125150

« Les origines coloniales des pratiques actuelles des forces de l'ordre ne font aucun doute et ceux qui trouvent que « bamboula » est une expression acceptable en font la démonstration exemplaire », explique Olivier Le Cour Grandmaison, sur Mediapart.

"Après avoir rendu visite à Théodore Luhaka, victime de terribles violences policières, le fantomatique chef de l'Etat s'est rendu à Aubervilliers.

Affaire Théo : les caméras de surveillance semblent confirmer la version d'un des policiers

documentaires 16/02/2017 6 min francais.rt.com  témoignage #125157

© GEOFFROY VAN DER HASSELT Source: AFP

Des extraits du rapport d'un des policiers ayant interpellé Théo ont été publiés par «Le Point». Il s'avère que les images de vidéosurveillance valident sa version, donnée à chaud, deux heures après les faits. Le viol présumé reste à déterminer.

Tout ne serait donc pas si simple dans ce qu'on appelle désormais «l'Affaire Théo».

Nnoman Cadoret : « La violence policière ne peut entraîner que de la violence »

17/02/2017 13 min reporterre.net  violences policières brutalité impunité répression violence racisme  Adama Traoré justice climatique #125184

Les manifestations en banlieue se poursuivent, après le viol présumé par une matraque de Théo, un jeune d'Aulnay-sous-Bois. Le photographe NnoMan Cadoret, qui suit depuis des années le comportement des policiers, explique dans cette entretien que les « jeunes et les moins jeunes n'en peuvent plus » des violences policières et du racisme.

NnoMan Cadoret est photographe indépendant au sein du collectif Oeil.

French police gain more rights to use weapons in self-defense ... Totalitarian Tiptoe

Monde 18/02/2017 davidicke.com  totalitarisme  David Icke  France #125250

'The French Parliament has approved a bill which relaxes self-defense restraints on police officers, stiffens penalties for contempt of law enforcement, and allows anonymity of investigators.

The public security bill was passed by the Senate, the upper chamber of the French parliament, on Thursday, according to a statement on their website.

Municipal police officers will be permitted to use their weapons "in cases of absolute necessity," when "armed persons threaten their lives or their physical integrity or those of others," the text states.'

Théo et la fascisation des forces publiques chargées de nous protéger.

Justice 19/02/2017 10 min legrandsoir.info  provocation irresponsabilité justice totalitaire  Vincent Moret #125261

Vincent MORET

Le 20 octobre 2016, dans Le Grand Soir, un court billet de Théophraste R. alertait sur les manifs illégales de policiers armés et cagoulés sur les Champs-Elysées : « Les complotistes affirment que le FN est derrière ces provocations et ces menaces en forme de répétition. Dans des bureaux de vote proches des casernes de gardes mobiles ou de CRS, le FN recueille plus de 60% des voix au premier tour. » (1 )

L'impunité face aux violences sexuelles policières lors des contrôles d'identité

Justice 19/02/2017 4 min europalestine.com  violences policières humiliation impunité psychologie #125302

Après l'affaire Théo, les langues se délient, et Mediapart publie un reportage édifiant, montrant que les violences à caractère sexuel exercées par les policiers lors des contrôles d'identité sur des Noirs et des Arabes, au moyen de palpations et de paroles, dans un but d'humiliation et de démasculinisation, sont une pratique courante.

La France a déjà été condamnée par la Cour européenne des droits de l'homme pour des sévices sexuels perpétrés par les policiers.

Voitures personnelles de policiers brûlées : les agents appelés à la prudence

Monde 19/02/2017 4 min francais.rt.com  violence  France #125305

© Charles Platiau Source: Reuters

Cinq voitures personnelles de policiers ont été incendiées depuis le 13 février dans l'Aisne et l'Oise sans pour autant qu'à ce stade, un lien entre les différentes affaires soit établi. Les agents ont néanmoins été mis en garde par leur hiérarchie.

«Les incendies volontaires récemment perpétrés contre les véhicules personnels de fonctionnaires de police domiciliés dans l'Oise laissent clairement penser que la qualité de policiers des propriétaires était visée», a écrit le directeur de la sécurité publique de l'Oise dans une missive adressée aux policiers, que la radio RTL a pu consulter.

Quartiers Populaires et institution policière : une humiliation raciste et sexiste atmosphérique

21/02/2017 24 min investigaction.net  humiliation provocation agression injustice violences policières Droits de l'Homme impunité discrimination racisme  Saïd Bouamama  Adama Traoré #125380

Article de : Saïd Bouamama

Après la mort d'Adama Traoré en juillet dernier lors d'une « interpellation » par des gendarmes, les violences, les insultes racistes et le viol de Théo le 2 février par quatre policiers, a une nouvelle fois soulevé la colère des quartiers populaires en général, de leurs composantes issues de l'immigration en particulier.

De Zyed et Bouna à Théo : les émeutes reprennent malgré 12 ans d'inaction

Justice 21/02/2017 23 min tlaxcala-int.org  humiliation racisme discrimination colonialisme oppression  liberté d'expression #125381

Ramin Mazaheri رامین مظاهری

Héros communiste, le « Che Guevara africain », Thomas Sankara, a fameusement déclaré : « Un soldat sans formation politique ou idéologique est un criminel potentiel. »

La police française a une idéologie, parce que tout le monde en a une : seuls les apathiques finis ou les plus endoctrinés prétendent ne pas en avoir.

Référencé par